Najat Vallaud-Belkacem annonce un plan de 50 millions d'euros par an contre l'échec scolaire

Auteur(s)
JmC
Publié le 21 novembre 2014 - 09:18
Mis à jour le 22 novembre 2014 - 12:46
Image
Najat Vallaud Belkacem invitée de RTL le 20.11.2014.
Crédits
©Capture d'écran RTL
Najat Vallaud-Belkacem, invitée ce vendredi de RTL, annonce un plan contyre l'échec scolaire.
©Capture d'écran RTL
Najat Vallaud-Belkacem s'attaque aux "décrocheurs" du système scolaire. La ministre de l'Education nationale annonce un plan de 50 millions d'euros par an.

Najat Vallaud-Belkacem met le paquet contre l'échec scolaire. La ministre de l'Education nationale annonce un budget de cinquante millions d’euros par an pour lutter contre le décrochage des élèves qui sortent du système scolaire.

"Il s’agit cette fois d’un véritable pilotage national qui se donne les moyens: 50 millions d’euros par an", précise-t-elle dans une interview publiée ce vendredi 21 dans Le Parisien/Aujourd’hui en France.

"Il faut traiter à la fois la prévention du décrochage (qui a toujours plus d’effet que la réparation), le raccrochage et la remédiation. On va donc former les enseignants à détecter précocement les difficultés scolaires, associer les parents à cette démarche comme on les associera au parcours scolaire et à l’orientation de leur enfant (…)", ajoute la ministre.

On estime à 140.000 le nombre de "décrocheurs" du système scolaire, ces élèves, collégiens et lycéens qui, chaque année, quittent l'école sans aucun diplôme. "Ce chiffre est insupportable", a déclaré Najat Vallaud-Belkacem ce vendredi matin sur RTL. "Cela veut dire, pour le jeune, ne pas maîtriser son destin" et être ensuite confronté "au chômage" et "à la pauvreté".

"Nous voulons réduire au minimum par deux d'ici 2017" le nombre de ces "décrocheurs", a-t-elle assuré.

La ministre doit présenter ce plan de lutte contre le décrochage scolaire aux côtés du Premier ministre Manuel Valls ce vendredi à Lens. Il s'agit, a-t-elle dit, d'une "stratégie interministérielle intégrée".

Dans son interview au Parisien, Najat Vallaud-Belkacem confirme par ailleurs que le redoublement scolaire sera limité "aux seules situations qui le justifient (rupture prolongée de la scolarité pour maladie par exemple ou encore choix délibéré de refaire l’année pour obtenir l’affectation demandée). Dans les autres situations, il faut privilégier le traitement des difficultés et du décrochage en cours d'année".

 

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don