Najat Vallaud-Belkacem, "avec la réforme des collèges on offre l'excellence à tous les élèves"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Najat Vallaud-Belkacem, "avec la réforme des collèges on offre l'excellence à tous les élèves"

Publié le 12/05/2015 à 09:24 - Mise à jour à 09:34
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

Najat Vallaud-Belkacem était l'invité de France Inter ce mardi matin. La ministre de l'Education nationale est revenue en détail sur la réforme du collège, abondamment commentée dans le monde politique et intellectuel.

Contestation de la réforme du collège de plus en plus dure

"Vous savez, des doutes on en a toujours et heureusement, il faut être modeste dans la vie. On ne peut pas rester dans le statut quo actuel. On a un collège qui produit des résultats scolaires trop mauvais et des inégalités sociales qui ne cessent de se creuser et donc on ne peut pas laisser 140.000 jeunes sortir du système scolaire sans qualification".

"Certaines contestations de la réforme portent sur des sujets de fond. Je pense notamment à quelques organisations syndicales qui ne souhaitent pas le surcroit d'autonomie que l'on souhaite donner aux équipes pédagogiques. C'est une revendication légitime mais je pense qu'il faut laisser une plus grande marge de manœuvre".

"Puis il y a d'autres sujets, comme le latin, le grec et l'allemand qui ont été instrumentalisés à coups de rumeurs et de contre-vérités".

"Il faut distinguer la réforme du collège qui porte sur l'organisation du collège et les pratiques pédagogiques, celle-ci est bouclé, elle ne bougera plus, et la réforme des programmes".

"La réforme des programmes, c'est une instance indépendante qui s'appelle le Conseil supérieur des programmes qui a travaillé sur des projets de programmes. Ils vont évoluer, la discussion est ouverte. Les 800.000 enseignants concernés sont consultés. Il faut avoir des programmes de qualité et consensuels".

 

Le programme d'histoire

"Ce qu'il faut comprendre c'est la difficulté des programmes qui existent aujourd'hui c'est qu'ils sont lourds, notamment celui d'histoire, et qu'ils ne laissent pas aux enseignants le temps de vérifier les acquis de leurs élèves".

"Les professeurs passent leur temps à courir après la montre. Nous allons rendre les programmes moins prescriptifs en faisant plus confiance aux enseignants".

 

La période des Lumières facultative?

"Nous reconnaissons quelques maladresses. C'est un travail en évolution. Nous aboutirons à autres choses que ce qui est déjà sorti car c'est un travail de long terme".

"La réforme du collège comme celle des programmes n'a qu'une ambition: qu'à la sortie du collège, les élèves maîtrisent vraiment les savoir qu'on leur a transmis".

 

Pourquoi supprimer les classes bilangues?

"Les classes bilangues c'est quoi? C'est la possibilité offerte à des élèves de sixième de faire deux langues étrangères à la fois alors que les autres ne la commencent qu'en 4e. Avec la réforme, tous les élèves commenceront leurs deuxième langue étrangère en 5e avec plus d'heures de cours".

"On ne fait pas nos réformes au petit doigt mouillé".

"Aujourd'hui avec la réforme des collèges on offre l'excellence à tous les élèves. On doit offrir le meilleur à chaque élève et pas seulement à une petite partie. Il faut tirer chacun vers le haut. Comment voulez-vous faire le vivre ensemble alors qu'on les classe dès qu'ils ont 11 ans?".

 

Lutter contre l'ennui en classe

"Bien entendu que l'apprentissage au collège demande une part d'effort. Ce que j'entends par ennui, c'est la passivité. Au collège on ne sollicite pas assez la parole des enfants malgré tout le professionnalisme et la bonne volonté de nos enseignants".

 

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Najat Vallaud-Belkacem sur France Inter: "la réforme du collège comme celle des programmes n'a qu'une ambition: qu'à la sortie du collège, les élèves maîtrisent vraiment les savoir qu'on leur a transmis".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-