Najat Vallaud-Belkacem répond aux accusations de François Fillon et Marine Le Pen

Najat Vallaud-Belkacem répond aux accusations de François Fillon et Marine Le Pen

Publié le 09/03/2017 à 10:51 - Mise à jour à 11:16
©Capture d'écran RTL
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Lucas Carcano
-A +A

Suite aux émeutes dans le lycée de Suger de Saint-Denis mardi, François Fillon et Marine Le Pen ont fustigé la gestion de ces violences par gouvernement. La Ministre de l'éducation leur a répondu de "s'occuper" de leurs "affaires".

"Commencez par vous occuper de vos affaires, respectez la sécurité, la justice de ce pays et ensuite seulement vous pourrez donner des leçons". Najat Vallaud-Belkacem a répondu ce jeudi 9 matin aux remarques de François Fillon (LR) et Marine Le Pen (FN) concernant la gestion du gouvernement des violences commises dans le lycée Suger de Saint-Denis à Seine-Saint-Denis. Mardi 7, l'établissement scolaire a été le théâtre de violences avec des jets de pierre et de fumigènes et des incendies de poubelles.

Le candidat des Républicains a évoqué, mercredi 8: "une véritable émeute et une guérilla urbaine". La candidate du Front national a dénoncé une "réaction minimale" du gouvernement, l'accusant de passer plus de temps à faire campagne pour l'élection présidentielle qu'à gouverner. Des propos qui ont poussé la ministre de l'Education nationale à réagir: "je n'admets pas que l'on souffle sur les braises", a-t-elle déploré sur RTL. "Monsieur Fillon ou madame Le Pen, je le rappelle, à titre personnelle, dans le cadre de cette campagne se soustraient à la justice pour les affaires qui les concernent, passent leurs temps à déclarer la justice de ce pays illégitime et non-indépendante. Comment veulent-ils faire respecter cette même justice ensuite par les jeunes qui nous écoutent?", a-t-elle poursuivi.

Marine Le Pen a refusé à deux reprises de répondre à une convocation de la police et de la justice sur l'affaire des attachés parlementaires européens FN. Quant à François Fillon, convoqué le 15 mars en vue d'une éventuelle mise en examen pour des emplois présumés fictifs de plusieurs membres de sa famille, il a dénoncé une instrumentalisation de la justice et une opération de déstabilisation politique.

Au total, une cinquantaine de jeunes ont été interpellés par la police à la suite des violences mardi à Saint-Denis. Quarante-six d'entre eux ont été relâchés mais huit mineurs devaient être présentés à un juge, selon le parquet de Bobigny.

Auteur(s): Lucas Carcano

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le lycée Suger de Saint-Denis a été le théâtre de violences mardi avec des jets de pierre et de fumigènes et des incendies de poubelles.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-