Nice: Manuel Valls hué après la cérémonie d'hommage sur la Promenade des Anglais

Nice: Manuel Valls hué après la cérémonie d'hommage sur la Promenade des Anglais

Publié le 18/07/2016 à 13:18 - Mise à jour à 13:23
©Lilian Auffret/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Alors que Manuel Valls a été conspué ce lundi à Nice quatre jours après l'attentat, le gouvernement s'est lancé dans une vigoureuse contre-attaque face aux accusations de la droite et du FN, premier acte d'une semaine politique très chargée avec la prolongation de l'état d'urgence au Parlement.

Quelle sera la tonalité des débats mercredi 20 à l'Assemblée lors des premières questions au gouvernement depuis le carnage niçois? Après Charlie Hebdo, les députés avaient entonné une émouvante Marseillaise et le Premier ministre, avec un discours vibrant, avait été ovationné sur tous les bancs. Après le 13 novembre, la droite avait au contraire instruit sans tarder le procès du gouvernement, mais la séance agitée au Palais-Bourbon fut sévèrement jugée dans l'opinion.

Depuis vendredi, l'après-Charlie semble définitivement un lointain souvenir. A Nice lundi, Manuel Valls, accompagné notamment du président LR de Paca Christian Estrosi et des autorités locales, a été conspué par la foule avant et après la minute de silence en hommage aux victimes des attentats du 14 juillet.

Dès samedi, M. Estrosi a évoqué un "mensonge d'Etat" sur le nombre de policiers nationaux présents sur la Promenade des Anglais. Après Alain Juppé, Nicolas Sarkozy a jugé dimanche que "tout ce qui aurait dû être fait depuis 18 mois ne l'a pas été" et a accusé François Hollande d'avoir "la main qui tremble" face au terrorisme.

Le chef de l'Etat a donné lui-même le ton de la riposte. Lors du Conseil de défense ce lundi 18 au matin, il a invoqué une "obligation de dignité et de vérité" dans la "parole publique". Dès vendredi à Nice, il avait prévenu qu'il n'entendait pas s'"abaisser" à des "outrances" ou des "excès", alors que la polémique était déjà lancée.

Mais François Hollande se garde pour l'heure de trop intervenir en première ligne. Egalement accaparé par les tractations européennes d'après-Brexit, le chef de l'Etat effectue deux déplacements cette semaine au Portugal et en Irlande avant un important sommet fin août en Italie avec Angela Merkel et Matteo Renzi.

De son côté, Manuel Valls se chargera lui-même de défendre la prolongation de l'état d'urgence. Le Premier ministre reçoit lundi soir les responsables des groupes parlementaires avant le Conseil des ministres mardi et le passage du texte mercredi à l'Assemblée et jeudi au Sénat.

En attendant, pas moins de quatre ministres se sont chargés de riposter à la droite lundi matin. "Il n'y a pas eu de respect par un certain nombre d'acteurs de la classe politique de la période de deuil", a accusé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve qui n'a pas oublié le FN, accusé de "tendre la main à la division" souhaitée par les jihadistes.

Le secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen a lui aussi défendu point par point l'action du gouvernement depuis 2012 et a renvoyé la droite à son bilan d'avant 2012, avec "12.000 postes supprimés" dans la sécurité et des "forces complètement atrophiées" notamment dans les services de renseignement.

Fait plutôt inhabituel, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian s'est ajouté à la liste, prévenant depuis la cour de l'Elysée que "le moment viendra où il faudra dire ce qui a été fait depuis plusieurs années pour assurer la sécurité de la France, et ce qui a été défait" avant l'alternance.

A droite, un bureau politique extraordinaire des Républicains est programmé lundi soir. Alain Juppé rencontre Angela Merkel lundi à Berlin. Son agenda mentionne une tournée de déplacemens en Nouvelle Calédonie, en Polynésie et à Los Angeles. Nicolas Sarkozy a annulé une dédicace de son livre prévue mardi à Bastia.

A gauche, Bernard Cazeneuve assistait lundi midi au Bureau national du PS. Cette semaine sera également celle de l'examen mercredi, pour un vote définitif, du très contesté projet de loi sur le Travail. Les députés du Front de gauche discuteront mardi d'une nouvelle tentative de motion de censure.

 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Alors que Manuel Valls a été conspué ce lundi à Nice quatre jours après l'attentat, le gouvernement s'est lancé dans une vigoureuse contre-attaque face aux accusations de la droite et du FN.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-