Nicolas Sarkozy souhaite qu'à Mayotte le droit du sol ne soit pas "un droit absolu"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Nicolas Sarkozy souhaite qu'à Mayotte le droit du sol ne soit pas "un droit absolu"

Publié le 27/05/2016 à 19:13 - Mise à jour à 19:14
©Régis Duvignau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

En visite à la Réunion, Nicolas Sarkozy, s’est exprimé sur la situation à Mayotte. Il propose dans un premier temps de construire une maternité aux Comores pour réduire l’immigration illégale, mais surtout une réforme du droit du sol dans le département français pour qu'il ne soit pas "un droit absolu".

Nicolas Sarkozy, en visite à La Réunion, a souhaité que le droit du sol à Mayotte, île française de l'océan Indien, "soit une présomption et pas un droit absolu", en évoquant la situation tendue entre Mahorais et ressortissants comoriens en situation irrégulière.

"Si les parents d'un enfant né en France sont en situation irrégulière au moment de la naissance de l'enfant, ce droit à la nationalité ne doit pas être donné", a estimé le président des Républicains. Depuis plusieurs jours, la tension est vive à Mayotte, où des ressortissants des Comores en situation irrégulière ou non sont chassés des villages par les villageois mahorais excédés par une délinquance en hausse vertigineuse et dont les Comoriens sont accusés d'être responsables.

"On ne peut pas laisser 250.000 habitants de Mayotte avec le sentiment d'être abandonnés", a déclaré Nicolas Sarkozy. "Aucun territoire ne peut résister à une telle pression migratoire, 50% des étrangers sont en situation illégale, c'est insupportable", a-t-il ajouté en affirmant que cette situation "c'est le président de la République qui l'a voulue".

Le chef de file LR a commenté la situation à Mayotte après avoir visité une exploitation de cannes à sucre à Saint-André (est de La Réunion). Une filière agricole dont l'avenir "n'est pas négociable", a estimé Nicolas Sarkozy.

Il répondait ainsi aux agriculteurs inquiets par la perspective d'une fin des quotas sucriers voulue par Bruxelles en 2017. La filière perdrait ainsi 38 millions d'euros. L'Etat français s'est engagé à compenser cette somme à condition d'obtenir l'accord de l'Europe.

"Il n'y a pas de besoin de demander l'autorisation de Bruxelles" puisqu'on "ne se retrouve en concurrence avec aucun de nos partenaires européens, aucun ne produit de la canne. Je considère qu'une aide de 38 millions c’est le minimum absolu", a déclaré Nicolas Sarkozy pour qui la perte des 18.000 emplois directs et indirects produits par la filière cannes – sucre serait "une catastrophe".

Interrogé sur le programme qu'il comptait développer en faveur des Outre-mer en général et de La Réunion en particulier, il a répondu: "Je n'accepte pas ce manque de respect à l'endroit des Outre-mer, où tant d'hommes politiques viennent pour prendre des engagements qu'ils ne tiendront pas. Pour Monsieur Hollande, ça a marché une fois. Mais ici, à La Réunion, on a de la mémoire et ça ne marche qu'une fois", a-t-il dit.

"Si je suis reçu aussi gentiment et avec autant d'enthousiasme par les Réunionnais, c'est parce qu'ils savent une chose, c'est que je n'ai pas menti ", a-t-il ajouté.

Le président des Républicains a aussi rencontré le groupe de dialogue religion (instance regroupant toutes les religions pratiquées à La Réunion), devant qui il a mis l'accent sur "le vivre ensemble réunionnais". Il s'est déclaré en faveur "d'un islam de France et non pas un islam en France".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Nicolas Sarkozy, en visite à La Réunion, a souhaité que le droit du sol à Mayotte, île française de l'océan Indien, "soit une présomption et pas un droit absolu".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-