Nicolas Sarkozy veut une loi contre le port du burkini

Nicolas Sarkozy veut une loi contre le port du burkini

Publié le 29/08/2016 à 12:42
©Stephane Vansteenkiste/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Invité ce lundi sur RTL, Nicolas Sarkozy a redemandé une loi "qui viserait spécifiquement" le port du burkini sur une plage et dans les piscines. Pour l'ancien président des Républicains, désormais candidat à la primaire de la droite, "c'est l’absence de règles et d'autorité qui explique cette pagaille généralisée".

Nicolas Sarkozy a redemandé ce lundi 29 sur RTL une loi "qui viserait spécifiquement" le port du burkini sur une plage et dans les piscines, une "provocation de l'islam politique" due à "l'absence d'autorité" qu'il souhaite "restaurer" en 2017. "Qu'est-ce que c'est, la liberté, quand il y a la tyrannie des minorités?", a lancé M. Sarkozy, commentant la décision du Conseil d'Etat suspendant un arrêté anti-burkini pris dans une commune des Alpes-Maritimes.

"Aujourd'hui, je demande une loi parce qu'on ne peut pas laisser les maires seuls face à cette situation. Une loi d'interdiction, je ne sais pas s'il faut dire le costume de bain islamique ou le burkini, je n'en sais rien... C'est une loi qui viserait spécifiquement le port d'une burkini sur une plage, et dans les piscines", a déclaré l'ancien président de la République (2007-2012).

L'inconstitutionnalité d'une telle loi, mise en avant par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve? "Parfait. Très bien. Et bien on change la constitution! On l'a changée une petite trentaine de fois, c'est pas gênant. La question qui est posée: est-ce que c'est la société qui s'adapte au droit, ou le droit à la société?", a rétorqué M. Sarkozy. Sinon, "quelle va être la prochaine demande? Je vais vous le dire, c'est très simple: on va nous demander des horaires à la piscine pour les femmes et pour les hommes. Et puis à l'arrivée, dans dix ans, qu'est-ce qui va se passer ? (...) "Celles qui ne porteront pas le burkini vont être désignées par leur communauté comme fautives. C'est ce que j'appelle la tyrannie des minorités".

"Quand même, la liberté de la femme, ce n'est pas rien!", s'est exclamé l'ancien président. "C'est une provocation d'un islam politique qui teste la résistance de la République. Il s'agit de savoir si la République est plus forte, si dans le pays il y a une autorité ou pas, je souhaite incarner cette autorité, je souhaite le rétablissement de cette autorité, et je dis que c'est l’absence de règles et d'autorité qui explique cette pagaille généralisée et qui autorise et explique tous les débordements qu'on a vus cet été", a-t-il poursuivi.

"Nous avons un mode de vie, nous avons des coutumes, nous avons des usages, nous avons des principes, et je n'ai nullement l'intention d'accepter le moindre compromis raisonnable sur ce sujet", a-t-il dit.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Même s'il faut modifier la Constitution, Nicolas Sarkozy veut une loi contre le burkini.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-