NKM s'attaque à François Hollande et à son "grand cynisme"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

NKM s'attaque à François Hollande et à son "grand cynisme"

Publié le 31/01/2016 à 12:18 - Mise à jour à 12:21
©Charles Platiau/Francesoir
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Nathalie Kosciusko-Morizet s'est exprimée ce dimanche dans le "JDD" à propos de François Hollande, à qui elle reproche notamment de "tripatouiller la Constitution sur un coin de table" concernant l'état d'urgence et la déchéance de nationalité.

L'ancienne ministre Nathalie Kosciusko-Morizet accuse le président François Hollande de "tripatouiller la Constitution sur un coin de table" avec son projet de révision constitutionnelle sur l'état d'urgence et la déchéance de nationalité pour terrorisme, dans un entretien au Journal du dimanche.

"En l’état, je ne la voterai pas, parce que ce texte est inutile et que le symbole qu’il véhicule est dangereux", réaffirme la députée Les Républicains de l'Essonne.

S'agissant de l'abandon de la référence aux binationaux pour la déchéance de nationalité, elle juge que "cela ne change rien en réalité" et qu'il s'agit d'un "rhabillage du même dispositif".

"D’ailleurs, je n’aime pas la façon dont le président de la République tripatouille la Constitution sur un coin de table, en fonction des circonstances. On dit souvent que ce n’est pas bien de faire des lois de circonstances. Là, on fait de la Constitution de circonstances. On ne peut pas jouer comme ça avec notre loi fondamentale", estime-t-elle encore.

"Finalement", selon NKM, "François Hollande continue à faire le premier secrétaire" et "nous propose pour la Constitution ce qu’il a toujours fait pour le PS : une motion de synthèse qui cache, comme toujours, des désaccords". "Cela témoigne de la part de François Hollande beaucoup de désinvolture et un grand cynisme".

S'agissant des gestes de l'exécutif en direction de la droite pour qu'elle vote la révision constitutionnelle, l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy estime que "c’est l’intérêt général qui doit présider à nos choix" et non "pas les arrangements tactiques du moment".

"Et cela vaut pour tous, droite ou gauche : la question n’est pas de savoir s’il faut rendre service au président de la République ou à tel ou tel dans l’opposition, mais ce qui est bien pour le pays", lâche-t-elle encore.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"On ne peut pas jouer comme ça avec notre loi fondamentale", estime Nathalie Kosciusko-Morizet.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-