Notre-Dame-des-Landes n'est "pas l'aéroport du XXIe siècle", selon les médiateurs

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Notre-Dame-des-Landes n'est "pas l'aéroport du XXIe siècle", selon les médiateurs

Publié le 21/12/2017 à 14:55 - Mise à jour à 14:57
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Il existe une alternative au projet controversé de Notre-Dame-des-Landes, qui n'est "pas l'aéroport du XXIe siècle", estiment jeudi les médiateurs désignés par le gouvernement dans une interview à Ouest-France.

"La mission ne conteste pas le projet de transfert à Notre-Dame-des-Landes. Il n'est pas devenu mauvais alors qu'il était bon auparavant (...) C'est un aéroport pour le trafic low-cost, simple et efficace. Mais pas celui du XXIe siècle", disent les trois médiateurs au quotidien régional.

Selon leur rapport publié la semaine dernière, un transfert de l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, à une vingtaine de kilomètres au nord de Nantes, ou son maintien, avec un réaménagement, à Nantes-Atlantique, au sud de la ville, sont deux options "raisonnablement envisageables".

"Nous montrons qu'il y a une alternative à Notre-Dame-des-Landes, à savoir le réaménagement de Nantes-Atlantique, qui jusqu'ici n'avait été ni vraiment étudiée ni débattue sérieusement. Voilà ce qui a faussé le débat démocratique", soulignent-ils.

"Dès le débat public, en 2002, la question était mal posée. Centrée sur l'aéroport, alors que les questions d'urbanisme et d'aménagement du territoire étaient fondamentales", affirment les médiateurs.

Dans l'hypothèse où le gouvernement opterait pour un réaménagement de l'aéroport actuel, "le financement public serait a priori nettement moindre", disent-ils.

"Une fois la décision prise, nous espérons que l'apaisement sera là, et, dans les deux options, nous voyons assez mal les élus locaux, attachés au développement de leur territoire, ne pas participer d'une façon ou d'une autre", ajoutent-ils. Ces derniers refusent actuellement de financer un réaménagement de l'aéroport actuel.

"La décision relève du débat entre ce qui est légitime et ce qui est raisonnable", disent les médiateurs.

Le gouvernement a annoncé qu'il trancherait avant fin janvier entre la construction de NDDL et le réaménagement de Nantes-Atlantique.

Concernant la ZAD, "zone de non-droit" qui "n'aurait jamais dû exister", les médiateurs préconisent un "retour à l’État de droit", mais réfutent le terme d'"évacuation".

"Ce terme d'évacuation est simpliste et inadapté à la complexité de la ZAD, avec des personnes qui y vivent, des activités", affirme l'ancienne préfète Anne Boquet.

Si l'option Nantes-Atlantique est retenue, "cela laisse plus de temps (pour discuter)", mais les populations vivant sur la ZAD "devront bien, un jour ou l'autre, régulariser leur situation", déclare Mme Boquet, dans un entretien au journal Le Monde cette fois. En cas de refus, "l'étape supérieure est le recours à la force publique. Mais on est loin de l'évacuation rapide, telle que certains l'imaginent", précise-t-elle.

"Je pense qu'aucun gouvernement ne peut s'engager dans une opération d'évacuation sans vouloir maîtriser une escalade de la violence", en raison du "risque humain", souligne la préfète au Monde. "Tout cela demande de la modération, une grande maîtrise ... et des propos nuancés", ajoute-t-elle.

"Décider, c'est apaiser", plaide encore Mme Boquet auprès du quotidien national.

"Il faut maintenant tourner la page, refermer le dossier, sortir par le haut", renchérit Gérard Feldzer, ancien pilote de ligne proche du ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les médiateurs du dossier Notre-Dame-des-Landes pensent qu'il y a une alternative à l'aéroport.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-