Notre-Dame-des-Landes: Collomb prévoit d'utiliser la force "mesurée"

Notre-Dame-des-Landes: Collomb prévoit d'utiliser la force "mesurée"

Publié le 02/01/2018 à 11:39 - Mise à jour à 11:44
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a estimé mardi qu'"on sera obligé à un moment donné d'employer la force" pour évacuer le site de Notre-Dame-des Landes (Loire-Atlantique), tout en soulignant qu'il fallait qu'elle soit "la plus mesurée possible".

"On réfléchit toujours sur la façon dont les choses doivent se passer", a déclaré le ministre, interrogé sur Europe 1.

"Nous allons essayer de régler ce problème qui dure depuis des années et des années de la manière la plus pacifique possible. (...) La force brute ne peut pas être la solution, il faut aussi la capacité de dialogue avec un certain nombre de parties prenantes", a-t-il détaillé.

Le ministre a ainsi cité l'exemple d'"un certain nombre d'agriculteurs qui aujourd'hui sont solidarisés avec les zadistes (qui) peuvent avoir la volonté de retrouver ce qu'ils avaient avant".

"On sera obligé à un moment donner d'employer la force, je pense, mais il faut qu'elle soit la plus mesurée possible, la plus maîtrisée possible", a-t-il conclu.

Après la remise d'un rapport d'experts le 13 décembre, l'exécutif a assuré qu'une décision de maintenir ou d'abandonner le projet de construction d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes serait prise "d'ici la fin du mois de janvier". Cette décision doit "permettre (...) de garantir un retour à la normale, notamment s'agissant des questions relatives à l'ordre public", selon le Premier ministre Edouard Philippe.

Située à 25 km au nord-ouest de Nantes, cette Zad - "zone d'aménagement différé" pour les autorités, "zone à défendre" pour ses occupants qui souhaitent la protéger - s'étend sur 1.650 hectares. Actuellement, environ 150 personnes y vivent en permanence et 200 personnes la fréquentent régulièrement, selon une source policière.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"On sera obligé à un moment donner d'employer la force, je pense, mais il faut qu'elle soit la plus mesurée possible", a déclaré Gérard Collomb.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-