Notre-Dame-des-Landes: "il vaut mieux arrêter les frais", déclare Ségolène Royal

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Notre-Dame-des-Landes: "il vaut mieux arrêter les frais", déclare Ségolène Royal

Publié le 16/10/2016 à 16:33 - Mise à jour à 16:41
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Dans une interview au "JDD" parue ce dimanche, Ségolène Royal prend ouvertement position contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. "Est-il pertinent de faire prendre des risques pour une infrastructure inadaptée, comme l'ont dit les experts indépendants? N'y a-t-il pas actuellement d'autres priorités pour la nation"?, s'interroge la ministre de l'Environnement.

 "Il vaut mieux arrêter les frais" à Notre-Dame-des-Landes, le projet controversé d'aéroport, a jugé dimanche la ministre de l'Environnement Ségolène Royal, une position que Nicolas Sarkozy a qualifiée d'"irresponsable". "Est-il pertinent de faire prendre des risques pour une infrastructure inadaptée, comme l'ont dit les experts indépendants? N'y a-t-il pas actuellement d'autres priorités pour la nation"?, interroge la ministre, également en charge des Transports, dans le Journal du Dimanche. "Je comprends l'exaspération devant l'occupation illégale du terrain, mais ma conception de l'Etat est qu'il doit être médiateur et aider chaque partie à sortir des postures", poursuit Mme Royal.

"Les élus locaux ne veulent pas perdre la face, c'est compréhensible. Mais le résultat du référendum, positif pour eux, leur permet justement de prendre acte de cette caution tout en reconnaissant que devant le blocage sur le terrain, il vaut mieux arrêter les frais. L'évacuation se ferait alors pacifiquement", déclare-t-elle encore dans le JDD. La ministre, défavorable de longue date à une expulsion par la force des zadistes occupant le site de l'aéroport, franchit un pas de plus dans son opposition au Premier ministre Manuel Valls, qui a assuré mardi 11 que l'évacuation des occupants du site "se fera(it)" dès "cet automne", malgré "des craintes de violences".

Le président François Hollande, selon des extraits du livre Un président ne devrait pas dire ça... rendus publics mercredi 12, confie que l'aéroport projeté en Loire-Atlantique "ne verra pas le jour", semblant prendre le contrepied de son Premier ministre. Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, a toutefois ajouté que ces propos n'étaient plus d'actualité, le référendum (de juin) approuvant sa construction étant intervenu entre-temps. "Imaginons seulement qu'il y ait mort d'homme, parmi les forces de l'ordre ou du côté des manifestants. Ce serait gravissime!", prévient encore Mme Royal, rappelant le décès du jeune écologiste Rémi Fraisse lors d'un affrontement avec des gendarmes sur le chantier du barrage de Sivens (Tarn) en octobre 2014.

Interrogé sur France 3, le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a entretenu le flou sur les intentions de l'exécutif, jugeant nécessaire de "prendre en compte" à la fois le résultat du référendum et la situation sur place. "Le problème, c'est que pour faire cet aéroport, vous savez ce que ça nécessite (...) C'est l'engagement d'un bras de fer violent", a déclaré M. Le Foll, insistant sur les risques de "débordements" en cas d'évacuation du terrain. "Il faut qu'on soit aussi responsable", a estimé le porte-parole, tout en assurant que le projet d'aéroport n'était pas pour autant abandonné. "Il y a eu un référendum, un processus est enclenché", a-t-il justifié. Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire de la droite, a pour sa part jugé "irresponsable" la position de la ministre de l'Environnement, au vu du résultat du référendum. "Pour quelqu'un qui vantait la démocratie participative, un mensonge de plus!", a-t-il déclaré sur C8.

La cour administrative d'appel de Nantes examinera le 7 novembre les recours déposés par les opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) contre les arrêtés préfectoraux autorisant les travaux, a-t-on appris samedi 15 de source judiciaire.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Les élus locaux ne veulent pas perdre la face, c'est compréhensible", explique Ségolène Royal.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-