Notre-Dame-des-Landes: le "oui" à la consultation l'emporte avec 55,17% des voix

Notre-Dame-des-Landes: le "oui" à la consultation l'emporte avec 55,17% des voix

Publié le 27/06/2016 à 07:25
©Fred Tanneau/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le référendum local, qui n'a qu'une valeur consultative, a nettement tranché en faveur de l'aéroport. Les opposants restent mobilisés.

Les habitants de Loire-Atlantique ont massivement dit "oui" dimanche à la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, en votant à 55,17% pour ce projet controversé, lors d'une consultation inédite en France, voulue par l'exécutif pour sortir de l'impasse ce dossier vieux de 50 ans.

La participation s'est établie à 51,08%.

Le camp du "oui", collectivités locales en tête, a appelé le gouvernement a "évacuer la Zad" et à engager les travaux de la future infrastructure, destinée à remplacer l'aéroport de Nantes-Atlantique.

"C'est un résultat sans aucune ambiguïté (…) qui oblige le gouvernement à engager les travaux" de construction de l'aéroport, a déclaré Philippe Grosvalet, président PS du conseil départemental de Loire-Atlantique. "Le peuple a tranché. (…) Ce résultat doit mettre un terme à l'opposition (à ce projet)", a-t-il déclaré à l'AFP avant même l'annonce des résultats complets.

Bruno Retailleau, président (Les Républicains) de la région des Pays de la Loire, et président du Syndicat mixte aéroportuaire chargé de ce projet d'infrastructure, a également salué "la victoire du bon sens" et "la défaite de ceux qui ont soutenu les zadistes", les occupants de la zone prévue pour la construction du nouvel aéroport.

"Il faut désormais agir vite. Il faut d'abord évacuer la Zad, qui est une zone de non droit, et ensuite il faut commencer les travaux", a réclamé devant la presse M. Retailleau, qui doit être reçu lundi par le Premier ministre Manuel Valls.

Les opposants à l'aéroport, réunis dans une grange sur le site prévu pour l'infrastructure, ont également reconnu la défaite du "non" avant l'annonce des résultats complets.

"Le cadre, le processus et le contenu de cette consultation étaient fondamentalement biaisés (...) Cette lutte se poursuit dès ce soir", ont lancé les représentants de la coordination des opposants, dans une déclaration lue à plusieurs voix dans une ambiance combative.

"Les attaques du gouvernement et des pro-aéroport vont s'intensifier", ont-ils poursuivi, avant d'appeler "tous les soutiens partout en France à se mobiliser et redoubler de vigilance dans les semaines à venir".

Du côté d'EELV, Sophie Bringuy, coprésidente du groupe écologiste au Conseil régional, a mis le gouvernement en garde contre la tentation de passer en force: "Dans le climat actuel, appeler et procéder à l’évacuation violente de la Zad, après une consultation illégitime, serait irresponsable", a-t-elle estimé dans un communiqué.

Seule voix discordante dans le camp des opposants au projet, le MoDem de Loire-Atlantique a appelé "l'ensemble des démocrates et des républicains à reconnaître dans cette consultation la volonté de la majorité", souhaitant que "les travaux commencent dans le calme".

Les 967.500 électeurs du département étaient invités à répondre par "oui" ou par "non" à la question: "Êtes-vous favorable au projet de transfert de l'aéroport de Nantes-Atlantique sur la commune de Notre-Dame-des-Landes?".

Même si la consultation n'avait pas de caractère juridiquement contraignant, le gouvernement avait promis de respecter l'issue du vote: en cas de victoire du "non", le projet sera "abandonné", en cas de victoire du "oui", les travaux débuteront "dès l'automne prochain", avait réaffirmé le Premier ministre Manuel Valls à deux reprises la semaine dernière, à l'Assemblée nationale et au Sénat.

Le projet de transférer l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique, au sud de la ville, vers le site de Notre-Dame des Landes, à 20 km au nord, est soutenu par les milieux économiques et les collectivités locales, mais se heurte depuis de nombreuses années à une farouche résistance sur le terrain, et devant les tribunaux. Le projet, né dans les années 60, a été déclaré d'utilité publique en 2008.

Première du genre en France, cette consultation locale avait été annoncée le 11 février par François Hollande, dans l'optique de trancher ce dossier, qui empoisonne depuis le début de son quinquennat les relations entre socialistes et écologistes.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La participation a été de 51,08%.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-