Notre-Dame-des-Landes: mobilisation des agriculteurs anti-aéroport

Notre-Dame-des-Landes: mobilisation des agriculteurs anti-aéroport

Publié le 10/11/2016 à 16:00 - Mise à jour le 11/11/2016 à 10:52
©Loïc Venance/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Environ 400 opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) se sont rassemblés avec des tracteurs, ce jeudi en milieu de journée, sur le site du projet controversé pour "montrer leur détermination" à empêcher toute évacuation.

Plus de 150 tracteurs "vigilants" ont commencé à encercler en fin de matinée la ferme de Sylvain et Brigitte Fresneau, un couple de paysans expulsables de la "Zad" - la "zone d'aménagement différé" dédiée au projet, rebaptisée "zone à défendre" par les opposants -, une démonstration de force en cas de tentative d'évacuation du site.

Certains arboraient des pancartes proclamant "Des légumes, pas du bitume" ou "Moi et mes vaches on reste ici".

Cette action est l'initiative d'un collectif d'organisations professionnelles agricoles opposées au projet, le "Copain 44". Elle intervient à quatre jours d'une décision de la cour administrative d'appel de Nantes sur la légalité d'arrêtés préfectoraux autorisant les travaux du futur aéroport, cruciale pour l'avenir du chantier.

"Aujourd'hui, on est plus de 150 tracteurs. C'est deux à trois fois plus qui se mobiliseront", en cas d'intervention des forces de l'ordre sur la Zad, a prévenu Vincent Delabouglise, membre de Copain 44. "On se tient prêts à toute éventualité. On va continuer à préparer leur arrivée, qui ne viendra pas", a-t-il ajouté.

Quelle que soit la décision des juges administratifs, au moins 80 agriculteurs, qui possèdent plusieurs milliers d'hectares, ont d'ores et déjà refusé de signer un contrat avec Vinci, le concessionnaire, pour mettre en place les mesures compensatoires aux destructions de zones humides et espèces protégées, prévues dans le projet.

Alors que Manuel Valls a confirmé ces dernières semaines une "évacuation progressive" des occupants du site, "nous ne laisserons pas évacuer le moindre mètre carré de la Zad et nous nous opposerons au moindre coup de pioche", a également déclaré Cyril Bouligand, au nom de Copain 44.

Fin janvier, 80 "tracteurs vigilants" s'étaient déjà rassemblés sur le site, au lendemain d'ordonnances rendues par le tribunal de grande instance de Nantes prononçant l'expulsion des habitants et paysans dits "historiques" de la Zad.

"On n'a jamais imaginé qu'on pouvait déménager la ferme. (...) On n'a pas de plan B et on veut continuer à vivre ici. De toute façon, mettre des vaches dans les cartons, ça ne s'est jamais fait", a glissé Sylvain Fresneau, né en 1962 sur la Zad, et qui y élève 250 animaux.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La justice doit à nouveau se prononcer sur la légalité du projet d'aéroport Notre-Dame-des-Landes.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-