Nuit debout: Alain Finkielkraut dénonce "le totalitarisme" du mouvement

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Nuit debout: Alain Finkielkraut dénonce "le totalitarisme" du mouvement

Publié le 19/04/2016 à 16:08 - Mise à jour à 16:17
©JDD/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Expulsé samedi par "Nuit debout", Alain Finkielfraut a dénoncé ce mardi le "totalitarisme" du mouvement, "cette prétendue agora", dans une tribune publiée par "Le Figaro". "J'ai pris conscience (...) que Nuit debout était une kermesse gauchiste sous cloche", dénonce le philosophe.

Alain Finkielkraut dénonce ce mardi 19 "le totalitarisme" du mouvement Nuit debout, qui l'a expulsé samedi 16 de la place de la République à Paris. De leur côté, les Jeunes communistes, qui s'étaient vantés de l'avoir chassé, se justifient au nom de "la haine et du mépris" exprimés selon eux par le philosophe. "Le fait est là : on est entre soi à Nuit debout. Sur cette prétendue Agora, on célèbre l'Autre mais on proscrit l'altérité", affirme M. Finkielkraut dans une tribune publiée dans Le Figaro, accusant les militants, qui "s'enorgueillissent de revitaliser la démocratie", de "réinventer le totalitarisme". "J'ai pris conscience (...) que Nuit debout était une kermesse gauchiste sous cloche, une bulle révolutionnaire lovée au milieu d'une ville complètement indifférente", ajoute-t-il.

Et de souligner que ces "protestataires" ont "investi le lieu où le 11 janvier (2015) on brandissait la banderole +Je suis Charlie, je suis juif, je suis la police, je suis la République+". "Ce +je+ est le grand oublié des ateliers et des assemblées +populaires+. Nuit debout veut effacer l'année 2015. Son échec est une bonne nouvelle", ajoute Alain Finkielkraut. Dans ce qui apparaît comme une réponse publiée sous forme de tribune dans L'Humanité, les Jeunes communistes arguent avoir voulu combattre "tout un climat de pensée et l'expression décomplexée des idées et pulsions les plus basses". La secrétaire générale du mouvement Jeunes communistes Camille Lainé demande à l'académicien de "laisser rêver" les militants de Nuit debout. Samedi, les Jeunes communistes s'étaient vantés sur Twitter d'avoir été à l'initiative de son expulsion. "Finkelkraut qui vient à ! On l'a tej" ("jeté", ndlr), avaient-ils posté.

Camille Lainé assure que ce mouvement, né le 31 mars sur la mobilisation contre le projet de loi El Khomri, "émerge pour construire une alternative à une société où règne la violence". Elle cite la "violence sociale" et le chômage de masse, et la "violence étatique" avec "un gouvernement qui impose l'état d'urgence" et selon elle "réprime avec violence les mouvements sociaux". "Cette société-là, Alain Finkielkraut en est un des plus fervents promoteurs", estime la militante. Elle énumère diverses prises de position de philosophe dont ses propos sur une équipe de France de foot "black, black, black" ou son amitié pour Renaud Camus, théoricien du "grand remplacement". "La haine et le mépris qu'exprime le +philosophe+ Finkielkraut ne sont malheureusement qu'un concentré de ce qui se joue dans notre société (...) Ce que nous combattons, jeunes communistes, au delà d'un individu manifestement inconséquent et à la dérive, c'est tout un climat de pensée et l'expression décomplexée des idées et pulsions les plus basses", analyse-t-elle.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Sur Twitter, les Jeunes communistes se sont vanté d'avoir expulsé Alain Finkielfraut de "Nuit debout".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-