"Nuit debout": évacuation musclée de la Place de la République

"Nuit debout": évacuation musclée de la Place de la République

Publié le 29/04/2016 à 07:12 - Mise à jour à 07:15
©Dominique Faget/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Dans la nuit de jeudi à ce vendredi, plusieurs centaines de manifestants du mouvement "Nuit debout" ont été évacués, sans ménagements, de la place de la République à Paris par les forces de police en raison de leur refus de quitter les lieux. Plus tard, deux Autolibs et deux scooters ont été brûlés à quelques centaines de mètres de la place.

Les forces de l'ordre ont dispersé ce vendredi 29 vers 1h30 plusieurs centaines de personnes qui refusaient de quitter la place de la République à l'issue d'un nouveau rassemblement de "Nuit debout" qui était autorisé jusqu'à minuit, a constaté un journaliste de l'AFP. Une fois la place de la République évacuée, la police a progressivement fait reculer les manifestants dans les rues adjacentes. Deux Autolibs et deux scooters ont été brûlés à quelques centaines de mètres de la place, a constaté l'AFP.

"Dispersez-vous", avait auparavant sommé un policier muni d'un porte-voix, place de la République, avant que les forces de l'ordre utilisent des grenades lacrymogènes et assourdissantes pour déloger les manifestants qui ont scandé "terroristes, terroristes". Plusieurs personnes ont été interpellées, a constaté l'AFP. Une structure ronde faite de palettes et surmontée d'un toit, montée au cours de la soirée, a rapidement été saisie par les policiers.

Des groupuscules non identifiés avaient appelé ces derniers jours sur les réseaux sociaux à "mieux occuper les lieux", "avec barricades", à l'issue de la manifestation contre la loi Travail jeudi après-midi. A plusieurs reprises dans la soirée, quelques jeunes, tournant autour de la place, ont jeté des bouteilles en verre sur les forces de l'ordre. Gendarmes et CRS bloquaient les issues de la place, empêchant tout départ en "cortège sauvage". De telles manifestations spontanées, parfois émaillées d'incidents, s'étaient régulièrement déroulées en marge de "Nuit debout" depuis le début du mouvement le 31 mars.

Jeudi matin, la préfecture de police de Paris avait pris un arrêté interdisant les cortèges partant de la place de la République, ainsi que le stationnement de véhicules légers et la diffusion de musique dans la nuit de jeudi à vendredi "pour des raisons de sécurité et afin d’assurer la tranquillité publique aux abords du lieu du rassemblement". La préfecture de police avait également rappelé "aux organisateurs et participants la nécessité de ne pas installer de structures autres que celles précisées dans la déclaration de manifestation" et de "respecter scrupuleusement l’heure de fin de déclaration du rassemblement, à savoir minuit, pour la dispersion et le rangement des installations".

De violents incidents entre "casseurs" et forces de l'ordre se sont par ailleurs déroulés jeudi après-midi au cours de la manifestation parisienne contre le projet de loi Travail, faisant plusieurs blessés, dont un policier grièvement touché à la tête. Vingt-et-une personnes ont été interpellées.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les forces de l'ordre ont dispersé plusieurs centaines de personnes dans la nuit de jeudi à vendredi.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-