"Nuit debout": le participant type est un homme trentenaire de gauche

"Nuit debout": le participant type est un homme trentenaire de gauche

Publié le 09/05/2016 à 07:56 - Mise à jour à 08:01
©Capture d'écran Twitter/ Nuit Debout
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Selon une récente enquête, le profil type du participant au collectif "Nuit debout" place de la République est un homme, trentenaire, de gauche, plus diplômé que la moyenne nationale mais aussi plus souvent au chômage et vivant en région parisienne.

Un homme, trentenaire, plus diplômé que la moyenne nationale mais aussi plus souvent au chômage, venu très majoritairement de région parisienne: c'est le portrait robot du participant à "Nuit debout", tel qu'esquissé dimanche 8 par un groupe de chercheurs. Une trentaine d'enquêteurs, chercheurs et étudiants en sciences sociales ont pendant cinq soirées en avril, entre 17 heures et 22h30, rempli 500 questionnaires individuels sur la place de la République à Paris où se réunit depuis le 31 mars ce mouvement citoyen né notamment de l'opposition à la loi travail. Ce collectif, Sciences sociales debout, s'est donné pour objectif d'"améliorer la compréhension" du mouvement tout en combattant ce qu'il qualifie de "campagne médiatique injuste contre Nuit debout".

Après avoir exploité 328 questionnaires ils ont par exemple établi que la moyenne d'âge de Nuit debout était de 36 ans, avec de fortes variations selon les horaires, et que la population de République était "aux deux tiers masculine". Les chercheurs ont noté par ailleurs que les participants venaient à 90% de la région parisienne, et que sur cette proportion, 63% étaient de Paris même, avec une surreprésentation des arrondissements de l'Est parisien, "plus ancrés à gauche".

Si les participants à "Nuit debout" sont diplômés (61% ont fait des études supérieures longues, contre une moyenne nationale de 25%), ils présentent également un taux de chômage de 20%, le double de la moyenne nationale. 24% des participants sont par ailleurs ouvriers ou employés. Les sociologues se sont penchés sur les engagements personnels des participants: 17% de personnes interrogées ont dit avoir déjà adhéré à un parti politique, 22% à un syndicat, et plus de la moitié ont déjà eu une activité associative ou caritative.

Les enquêteurs ont distingué trois "formes de présence" à "Nuit debout": les nouveaux venus, celles et ceux qui "passent régulièrement", et enfin les participants presque permanents, qui viennent quotidiennement. Ce noyau dur représente 15% des sondés. Enfin, notent les chercheurs, "les horizons politiques se situent presque toujours à gauche". Les références évoquées par les participants se révèlent hétéroclites: Pierre Bourdieu, le film Merci Patron!, Trotsky et Marx, mais aussi Mère Teresa, Coluche, Bob Marley ou encore Gérard Depardieu. Soit au final, des publics "plus variés qu'il n'y paraît", selon les étudiants et enquêteurs, venus de l'EHESS, du CNRS, de l'Université de Nice ou encore de l'ENS.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les participants à "Nuit debout" sont en général plus diplômés que la moyenne nationale.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-