Organisation du travail, licenciement, référendum: les principaux points du projet El Khomri

Organisation du travail, licenciement, référendum: les principaux points du projet El Khomri

Publié le 18/02/2016 à 11:57 - Mise à jour à 11:58
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Elle est présentée comme l'une des réformes les plus ambitieuses du quinquennat: celle du code et du marché du travail. Voici les principaux points de ce projet de loi devant être présenté le 9 mars prochain en Conseil des ministres par Myriam El Khomri.

Majoration des heures supplémentaires, plafonnement des indemnités prud'homales, référendums en entreprise, licenciement économique: voici les principaux points du projet de loi de la ministre du Travail Myriam El Khomri. Il sera présenté le 9 mars en Conseil des ministres.

> Refondation du droit du travail

L'article 1er crée un préambule du code du travail, composé des "principes essentiels", qui servira de base de travail à la Commission de refondation du code du travail.

> SMIC, CDI, 35 heures

Trois "fondamentaux" sont inscrits dans le texte: "un salaire minimum est fixé par la loi"; "le contrat de travail est à durée indéterminée"; "la durée légale du travail effectif des salariés à temps complet est fixée à trente-cinq heures par semaine" et "toute heure accomplie au-delà (...) est une heure supplémentaire" qui ouvre droit à une compensation.

Pour autant, dans le cadre de la loi, "la primauté de l'accord d'entreprise en matière de durée du travail devient le principe de droit commun".

> Heures supplémentaires

La majoration minimum de 10% pour la rémunération des heures supplémentaires est maintenue. Ainsi, les entreprises pourront désormais descendre sous le seuil de 25% de majoration jusqu'à présent défendu par les branches professionnelles. A défaut d'accord, la majoration est de 25% pour les huit premières heures supplémentaires, et de 50% pour les suivantes.

> Licenciement économique

Des critères plus précis définissent le motif économique d'un licenciement: les difficultés économiques sont caractérisées "soit par une baisse des commandes ou du chiffre d’affaires pendant plusieurs trimestres consécutifs en comparaison avec la même période de l’année précédente, soit par des pertes d’exploitation pendant plusieurs mois, soit par une importante dégradation de la trésorerie, soit par tout élément de nature à justifier de ces difficultés". S'ajoute comme critère "une réorganisation de l’entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité".

> Plafonnement des indemnités prud'homales

Il est applicable en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse. L'indemnité minimale de six mois applicable actuellement pour les salariés de plus deux ans d'ancienneté est supprimée. Pour un salarié dont l'ancienneté est inférieure à deux ans, l'indemnité sera de trois mois de salaire; entre deux ans et moins de cinq ans, de six mois de salaire, de neuf mois pour une ancienneté entre 5 et 10 ans. Le maximum est de 15 mois pour une ancienneté de plus de 20 ans.

> Referendum

Les accords collectifs devront être majoritaires. Mais afin d'éviter des situations de blocage, des syndicats représentant au moins 30% des salariés pourront demander une consultation des salariés. Et un accord sera "valide s’il est approuvé par les salariés à la majorité des suffrages exprimés".

Actuellement, pour qu'un accord soit valide il doit recueillir soit la signature de syndicats ayant obtenu au moins 50% des voix aux élections professionnelles, soit la signature de syndicats représentant 30% des salariés mais à condition que les syndicats représentant 50% des salariés ne s'y opposent pas.

> Compte personnel d’activité

Visant à "protéger les actifs" et présenté par François Hollande la grande réforme sociale du quinquennat, il est ouvert à toute personne âgée d'au moins 16 ans, occupant un emploi ou à la recherche d'un emploi. Il est constitué "du compte personnel de formation (CPF) et du compte personnel de prévention de la pénibilité".

> Forfait-jour

Le projet "sécurise" le forfait-jour et permet son utilisation dans les TPE et PME. Le forfait-jour est un régime dérogatoire aux 35 heures qui permet de rémunérer des salariés en fonction du nombre de jours travaillés par an et non d'horaires hebdomadaires.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"La primauté de l'accord d'entreprise en matière de durée du travail devient le principe de droit commun", précise notamment le texte de Myriam El Khomri.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-