Panthéon: l'hommage de François Hollande à quatre grands résistants

Panthéon: l'hommage de François Hollande à quatre grands résistants

Publié le 29/05/2015 à 00:12 - Mise à jour à 00:25
©Rémy de la Mauvinière/AP/Sipa/Pool
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): JmC
-A +A

François Hollande a rendu mercredi 27 un vibrant hommage à quatre résistants, à l'occasion de leur entrée au Panthéon. C'était l'événement politique de la semaine, a priori au-dessus des partis. Mais certains ont critiqué le chef de l'Etat pour un discours jugé trop "politique", et Nicolas Sarkozy pour son absence remarquée.

L'événement de la semaine politique était historique, et dépassait le cadre de la politique politicienne habituelle. "Aujourd'hui, la France a rendez-vous avec le meilleur d'elle-même", a dit François Hollande en préambule à l'hommage rendu, mercredi 27 mai, à quatre résistants admis au Panthéon: Jean Zay, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette et Germaine Tillion.

Le chef de l'Etat a salué ces "quatre histoires qui donnent chair et visage à la République et en rappellent les valeurs". "Face à l’humiliation, face à l’Occupation, face à la soumission, ils ont apporté la même réponse: ils ont dit non, tout de suite, fermement, calmement".

Devant une foule nombreuse, par un après-midi ensoleillé, alors que quatre portraits géants des quatre résistants avaient été tendus entre les colonnes du Panthéon, les quatre cercueils ont fait leur entrée dans le bâtiment sous les notes du Chant des partisans chanté par une chorale d'enfants.

François Hollande a fait un discours qui rappelait des moments importants de l'Histoire de France, mais a voulu faire un parallèle avec la situation d'aujourd'hui, s'alarmant de voir revenir en France, 70 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les "haines" d'alors (contre la démocratie, les juifs, les francs-maçons, les libres penseurs), et dénonçant "l'indifférence face au fanatisme, au racisme, à l'antisémitisme", face "aux inégalités, aux injustices, aux indécences", mais aussi face "aux catastrophes, aux désordres climatiques, à l'épuisement de notre planète".

Son discours a été jugé trop politique par une bonne partie de la presse, notamment en province, et notamment parce qu'il a fait allusion, à propos de Jean Zay, ancien ministre de l'Education nationale, aux réformes actuelles. Et plusieurs hommes et femmes politiques ont regretté un "manque de distance", selon les mots de la députée communiste Marie-George Buffet.

Certains ont même cru déceler ainsi "un parfum de campagne flotter au-dessus du Panthéon", ne manquant pas, par ailleurs, de souligner l'absence de Nicolas Sarkozy, pourtant invité, à cette cérémonie d'hommage. On était donc loin de "l'esprit du 11 janvier", selon beaucoup de commentateurs et d'éditorialistes. Pourtant, dans la foule, beaucoup de spectateurs, d'opinions de gauche ou de droite mélangées, ne semblaient pas du même avis et ont exprimé leur émotion et leur fierté d'être là, pour cet hommage à quatre figures historiques de la République.

 

 

 

 

Auteur(s): JmC

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La France a rendu hommage mercredi 27 à quatre héros de la résistance.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-