Paris: un camp d'accueil de SDF dans le 16e arrondissement

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 16 décembre 2015 - 19:36
Image
Le nombre de sans-abri ne cesse d'augmenter en France.
Crédits
©Yaghobzadeh Rafael/Sipa
Un centre dédié à l'accueil de SDF pourrait voir le jour dans le 16e arrondissement de Paris.
©Yaghobzadeh Rafael/Sipa
Un centre dédié à l'accueil de SDF pourrait voir le jour dans le 16e arrondissement de la capitale. Le projet a été adopté ce mercredi par le Conseil de Paris.

La droite proteste après l'adoption par le Conseil de Paris du projet de camp d'accueil de SDF et de migrants dans le 16e arrondissement de la capitale.

Le Conseil de Paris a approuvé ce mercredi l'ouverture au printemps d'un centre d'hébergement pour sans-abris dans le très chic 16e, contesté par le député-maire de cet arrondissement Claude Goasguen (LR) qui le considère illégal.

La mairie de Paris a donné son permis de construire "précaire" pour cinq ans afin d'ouvrir un centre qui accueillera 200 personnes - cent en famille, cent isolées - "orientées là par le 115", le numéro d'urgence social, selon Dominique Versini, adjointe à la Solidarité de la maire PS de Paris Anne Hidalgo. Il sera construit sur un terrain dont Paris est propriétaire, allée des Fortifications, et sera géré par l'association Aurore.

Le projet, financé par l'Etat (4 millions d'euros) et la Ville (800.000 euros provoque depuis des semaines l'opposition des riverains et de la mairie d'arrondissement.

Ces derniers estiment que le site est classé au titre des Monuments historiques depuis 1957 et donc inconstructible.

Le député-maire, qui a lancé sur son site internet une pétition pour "refuser un Sangatte dans le Bois de Boulogne", a regretté devant le Conseil de Paris que les autres lieux qu'il avait proposés n'aient pas été examinés.

"On ira devant les tribunaux", a lancé l'élu avant de dénoncer "toutes les chansons sur l'égoïsme du 16e (qui) sont des caricatures", et de s'emporter contre les bancs de la gauche et "les thuriféraires des pays totalitaires".