Parrainage à la présidentielle : un maire laisse ses administrés choisir

Parrainage à la présidentielle : un maire laisse ses administrés choisir

Publié le 20/01/2022 à 12:20
© Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

À Sainte-Anastasie-sur-Issole (Var), le maire (sans étiquette) lance les 29 janvier et 5 février prochains une consultation auprès des habitants de la commune afin qu’ils choisissent à quel candidat reviendra son parrainage pour l’élection présidentielle.

Un choix dicté par les habitants du village

À quel candidat reviendra le parrainage d’Olivier Hoffman, maire sans étiquette de Sainte-Anastasie-sur-Issole ? Ce sont les 1 800 habitants de cette petite commune varoise qui le décideront les 29 janvier et 5 février prochains.

Pour se libérer des pressions partisanes, l’élu a trouvé la solution : organiser une consultation publique en deux tours au cours de laquelle ce sont ses concitoyens eux-mêmes qui décideront à qui ira sa voix. Dans une interview accordée au Parisien, Olivier Hoffman assure qu’il se pliera au choix des habitants et ce, « quel que soit le candidat choisi : de droite ou de gauche. Dans mon équipe, il y a des gens de toutes sensibilités et je ne veux pas connaître leur couleur politique. On travaille ensemble, point. »

Au moins un quart de votants pour que le scrutin soit valide

Les deux tours du scrutin sont prévus dans la salle polyvalente du village, de 8 heures à 13 heures. Tous les candidats officiellement déclarés seront représentés, même les plus petits. Toutefois, il y aura un absent de taille : le président sortant Emmanuel Macron, qui n’a toujours pas officialisé sa candidature à sa réélection. Les électeurs n’auront donc pas la possibilité de voter pour lui.

Pour que le résultat soit significatif, Olivier Hoffman souhaite toutefois « qu’au moins un quart des personnes en âge de voter dans le village s’exprime », soit 400 habitants. « Sinon, je ne parrainerais aucun candidat », prévient-il.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




« Je ne veux pas connaître leur couleur politique. On travaille ensemble, point. »

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-