Pasionaria lyrique de la gauche, Taubira est victime de son isolement

Pasionaria lyrique de la gauche, Taubira est victime de son isolement

Publié le 27/01/2016 à 13:37 - Mise à jour à 13:40
©Kenzo Tribouillard/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Pasionaria lyrique du mariage pour tous, caution de gauche du gouvernement, Christiane Taubira a tiré ce mercredi les conséquences du virage sécuritaire du gouvernement, qui l'avait laissée sur le bord de la route.

C'est son lyrisme, si caractéristique, qui avait contribué à révéler la ministre de la Justice, lors des débats houleux autour du mariage pour tous. "Parfois résister c'est rester, parfois résister c'est partir", a-t-elle d'ailleurs lancé sur Twitter ce mercredi 27 janvier, juste après l'annonce de sa démission du gouvernement.

Née à Cayenne le 2 février 1952 dans une famille modeste, diplômée en sciences économiques, en agro-alimentaire, en sociologie et en ethnologie afro-américaine, la députée de Guyane était jusque-là surtout connue pour s'être présentée en 2002 à la présidentielle, sous les couleurs du Parti radical de gauche (2,32% des voix).

En réalité, elle ne s'est jamais liée définitivement à aucun parti. Sympathisante des thèses indépendantistes dans sa jeunesse, elle a fait ses en politique en remportant en 1993 les législatives avec son mouvement le Walwari (divers gauche), créé avec son mari Roland Delannon, dont elle aura quatre enfants et dont elle a divorcé. Elle a également été députée européenne de 1994 à 1999.

Ce n'est donc pas une débutante qui monte au créneau pour défendre le droit des homosexuels à se marier. Petite femme au regard clair, sanglée dans ses tailleurs pantalons, tressée de près, elle bataille jour et nuit à l'Assemblée nationale, où elle se rend parfois à vélo. A une droite parfois déchaînée, elle répond en citant René Char, Emmanuel Lévinas, le poète guyanais Léon-Gontran Damas, et des extraits du code civil.

La voilà propulsée pasionaria de la gauche. Mais aussi, par réaction, cible préférée de la droite, surtout de sa frange la plus dure. Le député des Alpes Maritimes Eric Ciotti (Les Républicains) a été mercredi l'un des premiers à se "réjouir" de sa démission, qui selon lui doit "marquer la fin de la dérive laxiste que connaît notre justice depuis 2012".

Quand les confrontations politiques dérivent vers l'attaque raciste - la presse d'extrême-droite la compare à un singe, des manifestants lancent des bananes à son intention - Christiane Taubira, qui a donné son nom en 2001 à une loi qui reconnaît la traite et l'esclavage comme crime contre l'humanité, répond par le mépris.

Mais, passée la fièvre du mariage pour tous, à la Chancellerie, Christiane Taubira peine à imposer ses idées. Après avoir perdu ses arbitrages sur la réforme pénale, l'un de ses projets phare, la réforme de la justice des mineurs, qu'elle veut moins répressive, s'enlise.

Un incident le 2 décembre dernier illustre cet isolement: Le Monde est contraint de retirer une interview de Fleur Pellerin, titrée "Christiane (Taubira) cite René Char, moi je sais gagner mes arbitrages". La ministre de la Culture assure n'avoir jamais prononcé ces mots.

Mais la garde des Sceaux reste en poste, quand d'autres figures de la gauche de la gauche, Arnaud Montebourg ou encore l'écologiste Cécile Duflot, sont partis depuis longtemps.

Mais les attentats de 2015, en janvier puis novembre, et l'empilement des mesures sécuritaires ont rendu sa position intenable. Celle qui ne fait aucun mystère de son caractère, affirmé jusqu'à être cassant - y compris avec ses collaborateurs -, a sans doute scellé son destin en proclamant haut et fort son opposition à un projet de l'exécutif à haute valeur symbolique, la "déchéance de nationalité".

Lundi dernier, la ministre de la Justice, qui se savait déjà sur le départ, présentait ses voeux à la presse et au monde judiciaire.

Elle en a profité pour s'interroger tout haut sur la mise à l'écart des juges judiciaires dans la riposte antiterroriste. Comme pour lancer un avertissement, elle a promis à ce sujet une "bataille" dans les mois à venir.

Reste à savoir comment Christiane Taubira, redevenue un électron libre, entend y prendre part.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Christiane Taubira a tiré ce mercredi les conséquences du virage sécuritaire du gouvernement, qui l'avait laissée sur le bord de la route.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-