Pénurie de masques : que se passe-t-il avec Jérôme Salomon ?

Pénurie de masques : que se passe-t-il avec Jérôme Salomon ?

Publié le 11/12/2020 à 11:46
© Christophe ARCHAMBAULT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A
La commission d’enquête du Sénat a accusé Jérôme Salomon de ne pas avoir renouvelé le stock de masques chirurgicaux, puis d’avoir tenté de faire pression pour dissimuler cette erreur. Le directeur général de la santé s’en défend.
 
Jeudi donc, la commission d’enquête sénatoriale sur la gestion de l’épidémie au printemps a rendu un rapport après cinq mois de travaux. Ses accusations envers Jérôme Salomon sont de deux ordres.
 
Tout d’abord, le rapport de 452 pages pointe la responsabilité de Jérôme Salomon, qui occupe le poste de directeur général de la santé depuis le 8 janvier 2018, dans le non renouvellement du stock français de masques chirurgicaux alors que :
« La pénurie de masques restera le triste symbole de l’état d’impréparation du pays et du manque d’anticipation des autorités sanitaires face à la crise »
Que dit le rapport sénatorial sur Jérôme Salomon ? 
 
En 2018, Santé Publique France alerte le directeur général de la santé sur un risque de pénurie, puisque 600 millions de masques chirurgicaux sont alors déclarés « non conformes ». Jérôme Salomon décide alors de passer une nouvelle commande… de 50 millions de masques.
 
Et ce sans en informer la ministre la Santé, Agnès Buzyn à l’époque.
 
Mais une autre accusation implique directement Jérôme Salomon :
« La direction générale de la santé a fait le choix de ne conserver qu’une très faible quantité de masques en stock et a modifié un rapport scientifique a posteriori pour justifier sa décision »
 
Quel avis d’expert aurait été modifié ?
 
La commission d’enquête sénatoriale pointe un avis rendu à Santé Publique France par Jean-Paul Stahl, professeur de maladies infectieuses au CHU de Grenoble, en août 2018. Cet avis soulignait alors la pertinence d’un stock élevé de masques chirurgicaux – à hauteur d’un milliard d’unités.
 
Un échange d’emails entre Jérôme Salomon et le directeur (de l’époque) de Santé Publique France, « atteste d’une pression directe de M. Salomon sur l’agence afin qu’elle modifie la formulation des recommandations de ce rapport avant sa publication au grand public ». 
 
Le rapport Stahl n’aurait alors plus parlé de « stock », mais de « besoin ». Ce qui, selon la commission d’enquête sénatoriale permettait au directeur général de la santé de justifier à posteriori sa commande
de 50 millions de maques. 
 
Que répond Jérôme Salomon à ces accusations ? 
 
Interrogé jeudi soir lors de la conférence de presse, le ministre de la Santé, qui a pris grand soin de préciser qu’il n’était pas en poste à l’époque des faits, a estimé qu'il « revient au directeur général de la santé de communiquer les explications sur le fond »
 
Rappelant qu’il a « lui-même fourni l’ensemble des échanges de mails aux membres de la commission d’enquête du sénat », Jérôme Salomon et la direction générale de la santé ont effectivement publié un communiqué dans la foulée.  
 
Selon ce texte, aucune pression n’a été exercée dès lors que « le directeur général de Santé Publique France a apporté des modifications qui ont été acceptées par l’ensemble des contributeurs du rapport ».
 
Pour aller plus loin :
 
 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Jérôme Salomon mis en accusation par la commission d'enquête sénatoriale

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-