Pénurie de médicaments: Agnès Buzyn propose un plan

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 08 juillet 2019 - 12:45
Image
Des boîtes de médicaments dans les rayonnages d'une pharmacie, le 27 novembre 2017 à Paris
Crédits
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives
La pénurie de médicaments est un phénomène en explosion depuis dix ans.
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives

La ministre de la Santé Agnès Buzyn présente ce lundi 8 son plan de lutte contre la pénurie de médicaments. Le phénomène a plus que décuplé en seulement dix ans, y compris sur des produits dont l'indisponibilité peut avoir des conséquences graves.

C’est un phénomène qui a explosé en dix ans auquel le gouvernement compte s’attaquer. Ce lundi, la ministre de la Santé Agnès Buzyn dévoile en effet son plan de lutte contre la pénurie de médicaments.

En 2017, l’Agence nationale du médicament avait reçu 538 signalements de rupture de stock sur des produits d’utilisation courante (donc normalement faciles à acquérir) ou de première importance (dont l’absence fait peser un risque sur la vie, comme les antibiotiques ou les anticancéreux). A titre de comparaison, en 2008, ce chiffre n’était que de 44, soit douze fois moins.

Agnès Buzyn propose donc dans son plan d’améliorer la transparence de l’information en proposant une plateforme pour que les pharmaciens alertent directement les laboratoires sur les ruptures qu’ils subissent. Le projet prévoit aussi de donner la possibilité aux pharmaciens de proposer de lui-même un autre médicament que celui manquant dans la mesure où le produit en rupture est considéré comme d’intérêt thérapeutique majeur. La ministre propose enfin de développer la coopération européenne notamment sur des secteurs clé comme l’approvisionnement en vaccins.

Lire aussi: Buzyn opposée à la vente de médicaments dans les supermarchés

En février dernier, le secteur pharmaceutique avait déjà décidé d’initier son propre plan d’action promettant d’assurer un renforcement du suivi et de la logistique d’approvisionnement des médicaments considérés comme étant d’"intérêt sanitaire et stratégique".

Voir aussi:

Médicaments en libre-service: les hausses et écarts de prix dénoncés

Loi santé: les pharmaciens autorisés à délivrer certains médicaments sans ordonnance