Philippe et Macron "complices des labos et des lobbies" selon Ruffin qui vise Sanofi et le scandale de la Dépakine

Philippe et Macron "complices des labos et des lobbies" selon Ruffin qui vise Sanofi et le scandale de la Dépakine

Publié le 12/10/2017 à 12:14 - Mise à jour à 12:22
© JACQUES DEMARTHON / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): PP
-A +A

Le député de la France insoumise François Ruffin a vertement interpellé le Premier ministre Edouard Philippe -et Emmanuel Macron- sur ses liens supposés troubles avec le PDG de Sanofi Serge Weinberg, mercredi lors de la séance de questions au gouvernement.

Chaude ambiance. François Ruffin, très actif depuis le début de mandature, a de nouveau interpellé le gouvernement mercredi 11 à l'Assemblée lors de la séance hebdomadaire de questions au gouvernement. Le député de la France insoumise a ainsi dénoncé les liens qu'il estime troubles qu'entretiendraient Emmanuel Macron et Edouard Philippe avec le géant pharmaceutique Sanofi, allant jusqu'à les accuser d'être "complices des labos et de leurs lobbies".

Dans le viseur du député de la Somme, et patron du journal engagé Fakir: la "visite discrète sinon secrète" du Premier ministre au PDG de Sanofi Serge Weinberg, fin juillet, ou encore la "vieille amitié" entre l'homme d'affaires et le président de la République. Des relations mises en parallèle avec une déclaration récente du porte-parole du gouvernement Christophe Castaner qui s'est "fait le porte-parole du groupe pharmaceutique", selon François Ruffin, en estimant qu'il ne faut "pas critiquer les entreprises qui réussissent, comme Sanofi".

"Sanofi (qui) a supprimé 2000 postes de chercheurs en France, 4000 dans le monde. Et en même temps Sanofi (qui) a perçu des centaines millions de crédits impôt recherche. Surtout, on recense environ 14.000 familles victimes de la Dépakine, des milliers d'enfants autistes", a dénoncé l'élu en référence au scandale sanitaire qui frappe Sanofi. Prescrit à des femmes enceintes, la Dépakine a ainsi entraîné des milliers de malformations de fœtus. Sauf que le groupe refuse de payer, se plaçant dans "la même posture que Servier au début du scandale du Médiator", disait un des avocats des victimes au Figaro en juin 2016.

François Ruffin en a ainsi appelé les couple exécutif, mercredi, à "taper du poing sur la table pour que Sanofi indemnise les victimes de la Dépakine et pour qu'on ne (les) soupçonne pas d'être les complices des labos et de leurs lobbies". Et d'éviter que la facture des indemnisations, chiffrée à plusieurs milliards, ne revienne à la charge de l'Etat et donc du "contribuable".

Directement concerné par cette interpellation, le Premier ministre a répondu en balayant les accusations. "J'ai peur monsieur le député qu'une fois de plus vous soyez en train de vous faire un film", a-t-il rétorqué, applaudi par les députés de la majorité. Puis d'ajouter: "Vous êtes en train de considérer qu'il serait normal de dénigrer une entreprise française, une entreprise qui fonctionne bien, qui crée des richesses en France et qui apporte des solutions sur le plan de la santé". Puis de dénoncer le "soupçon" instillé par son interlocuteur avant de conclure: "ce n'est pas parce qu'on crie qu'on a raison. Vous allez vous y faire".

En attaquant ainsi la forme, Edouard Philippe, qui s'est gardé de répondre sur le fond, a toutefois dénoncé dans la foulée François Ruffin via une vidéo diffusée sur son compte Twitter. 

Et d'insister au micro de LCP après la séance: "Edouard Philippe biaise avec talent (...). Cela veut dire qu'il va falloir reposer la question jusqu'à ce que ça craque".

Auteur(s): PP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Sanofi est le laboratoire responsable du scandale de la Dépakine, qui a fait des milliers de victimes, a rappelé François Ruffin.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-