"Plus on construira de places de prison, plus elles seront occupées", estime la contrôleure des prisons

"Plus on construira de places de prison, plus elles seront occupées", estime la contrôleure des prisons

Publié le 08/08/2016 à 09:57 - Mise à jour à 09:58
©Hadj/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Pour la contrôleur générale des lieux de privation de liberté (CGLPL), la réponse à la surpopulation carcérale ne réside pas seulement dans la création de places supplémentaires. Selon elle, des "sursis mise à l'épreuve, des libérations sous contrainte" ou encore "des contraintes pénales" seraient mieux adaptés.

La réponse à la surpopulation carcérale ne réside pas seulement dans la création de places supplémentaires, a estimé ce lundi 8 la contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL), arguant que "plus on construira de places de prison, plus elles seront occupées". Le 1er juillet, le nombre de détenus dans les prisons françaises a atteint un nouveau record avec 69.375 personnes incarcérées pour 58.311 places.

"Je pense que plus on construira de places de prison, plus elles seront occupées et que ça n'est pas une bonne solution, cette inflation carcérale d'année en année ou de décennie ou décennie", a déclaré sur France Inter Adeline Hazan. "L'Histoire a montré que plus on construisait de places, plus elles étaient remplies", a-t-elle poursuivi, ne se disant "pas du tout d'accord" avec la droite qui réclame 10.000 à 20.000 places de prison supplémentaires.

"Bien sûr qu'il faut un certain nombre de places de prison" supplémentaires, a-t-elle convenu. "Quand Madame Taubira avait parlé d'un programme de 6.000 nouvelles places en 2014, je pense que c'était suffisant et en créer davantage ne réglera pas la situation". Préférant des "alternatives à la détention", Adeline Hazan a plaidé pour que "la prison soit véritablement, comme la loi l'indique, le dernier recours et qu'à la place de la prison, on tente, en tout cas autant que faire se peut, des aménagements de peine".

Elle évoque ainsi la possibilité de proposer des "sursis mise à l'épreuve, des libérations sous contrainte, des contraintes pénales, des obligations qui seraient fixées aux détenus mais à l'extérieur de la prison, avec une surveillance" ou encore un "numerus clausus, un seuil au-delà duquel il ne serait plus possible d'incarcérer".

Selon la contrôleure des prisons, la surpopulation carcérale est responsable de "violences entre détenus, et détenus et surveillants", et est le "terreau d'une forme de radicalisation des esprits au sens large" et ne permet pas le respect du droit au maintien des liens familiaux, du droit au travail ou à la santé.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le 1er juillet, le nombre de détenus dans les prisons françaises a atteint un nouveau record avec 69.375 personnes incarcérées pour 58.311 places.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-