PMA "pour toutes": l'Eglise se positionne au nom de "l'intérêt de l'enfant"

PMA "pour toutes": l'Eglise se positionne au nom de "l'intérêt de l'enfant"

Publié le 21/09/2018 à 09:10 - Mise à jour à 09:12
© SEBASTIEN BOZON / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

L'Eglise catholique de France a publié jeudi une déclaration de 120 pages consacrée à l'ouverture de la PMA aux femmes seules et couples de femmes, actuellement discutée. Elle y évoque des arguments de bioéthique, mais surtout l'intérêt de l'enfant, bafoué par la privation de père selon elle.

Monseigneur Pierre d'Ornella, archevêque de Rennes, l'affirme: l'objectif de la longue déclaration solennelle signée par l'ensemble des évêques de France et dont il est à l'origine n'a pas pour ambition d'afficher une position "contre" la PMA dite "pour toutes", mais d'ouvrir le "dialogue" avec pour soucis la "dignité de la procréation".

Mais force est de constater que la synthèse de ces 120 pages publiée jeudi 20 ne présente finalement que des arguments hostiles à l'ouverture de la procréation médicalement assistée aux femmes seules et couples de femmes. Un sujet sensible pour une Eglise de France à l'évidence consciente du risque de procès en homophobie.

Plusieurs arguments énoncés font d'ailleurs référence à des questions bioéthiques éloignées de l'aspect "familial" de la question, et soulevées par nombres de scientifiques ou juristes: risques de mercantilisassions du corps humain, dérives eugénistes par la sélection des embryons à conserver pour l'implantation, questions sur l'anonymat des donneurs face au droit à connaître ses origines, ou encore risque qu'il s'agisse d'un premier pas vers la GPA (gestation pour autrui).

Voir: Projet de loi PMA et bioéthique examiné au Parlement en 2019

"L’Église catholique se veut attentive au désir d’enfant et à la souffrance due à l’infertilité. Elle encourage les recherches qui visent à prévenir cette infertilité ou à la guérir", peut-on même lire. Mais le choix des mots montre que la PMA n'apparaît pas comme une solution acceptable.

On retrouve aussi la dénonciation de l'absence d'un père comme contraire à "l'intérêt supérieur de l'enfant", argument massue régulièrement avancé par la Manif pour tous. Le texte fait notamment référence à des sondages "posant explicitement la question du père", qui avaient permis à l'association défendant la famille "traditionnelle" d'affirmer que les Français étaient majoritairement opposés à la PMA pour toutes, en jouant sur la forme des questions.

Et aussi: PMA, tests génétiques, enfants intersexes: le Conseil d'État éclaire le gouvernement

"Le projet d’ouverture de l’AMP (aide médicale à la procréation, autre désignation  de la PMA, NDLR) aux couples de femmes et aux femmes seules écarte dès le principe la référence biologique et sociale à un père". (...) La suppression juridique de la généalogie paternelle porterait atteinte au bien de l’enfant qui serait privé de sa référence à une double filiation, quelles que soient ses capacités psychiques d’adaptation", écrit ainsi l'Eglise de France. On en revient donc au concept de la nécessité d'un père et d'une mère au nom de "l'intérêt supérieur de l'enfant", notion cependant extrêmement difficile à traduire dans les faits.

Déjà avancée lors du débat sur le mariage et l'adoption par les couples de même sexe, l'argument n'avait pas empêché l'adoption du texte. Mais sur un sujet qui soulève des questions autres que les droits des homosexuels (terme qui n'apparaît jamais dans cette la synthèse), il pourrait être plus facile pour l'Eglise de convaincre au-delà de ses fidèles, au nom de l'intérêt de l'enfant.

Aller plus loin:

PMA "pour toutes", GPA: bientôt l’ouverture?

"La mobilisation" contre la PMA est "possible", estime Jean Leonetti (LR)

PMA: toujours pas assez de dons de gamètes, vers une pénurie de sperme

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'Eglise de France a publié un texte jugeant la PMA pour toutes contraire à l'intérêt de l'enfant.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-