PMA pour toutes, GPA, avortement… les positions de Marlène Schiappa (vidéo)

PMA pour toutes, GPA, avortement… les positions de Marlène Schiappa (vidéo)

Publié le 17/05/2019 à 11:01 - Mise à jour à 11:06
© Martin BUREAU / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Marlène Schiappa était ce vendredi 17 au matin dans Bourdin Direct sur BFM et RMC. Elle s'est exprimée sur différents sujets concernant les droits des femmes et notamment sur la PMA pour toutes, la GPA, et l'avortement, qui est de plus en plus en danger aux Etats-Unis.

Marlène Schiappa a confirmé ce vendredi matin à la télévision que la PMA (Procréation médicalement assistée) serait étendue aux femmes célibataires et homosexuelles, tel que l'énonce le projet de loi qui sera présenté "avant les vacances d'été" (comme l'a précisé le Premier ministre Edouard Philippe jeudi) en conseil des ministres.

La secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité femmes-hommes s'est exprimée sur le sujet et a renouvelé sa position personnelle sur le remboursement de la procédure par la Sécurité sociale.

"Le projet de loi est en train d'être travaillé par les trois ministres qui sont en charge, Agnès Buzyn, Nicole Belloubet, et Frédérique Vidal. Mon souhait personnel c'est évidemment que la PMA soit remboursée par la Sécurité sociale. C'est la position de LREM", a-t-elle déclaré.

Interrogée sur la GPA (Gestation pour autrui), l'élue a confirmé qu'elle n'avait pas changé d'avis: elle y est opposée. "Personnellement (je suis) assez opposée à ce qui peut conduire à une forme de marchandisation du corps des femmes". Mais elle s'est malgré tout montrée ouverte à la discussion à ce sujet.

Lire aussi: près de deux Français sur 3 favorables à la PMA pour les couples de femmes

Marlène Schiappa a aussi réagi à une autre question d'actualité: le droit à l'avortement, de plus en plus en danger dans le monde, et particulièrement aux Etats-Unis où l'état de l'Alabama a promulgué une loi anti-avortement très stricte.

Le texte interdit quasiment tout type d'IVG, sans exception de viol ou d'inceste, et prévoit des peines de prison extrêmement lourdes pour les médecins pratiquant l'avortement.

La secrétaire d'Etat a estimé sur ce sujet que le droit à l'avortement était en danger partout, même en France: "La ministre de la Santé et moi-même avons dû gérer récemment le cas d'un hôpital en Sarthe qui ne pratiquait plus d'IVG parce que l'ensemble des médecins avaient fait valoir leur clause de conscience, et ne souhaitaient pas pratiquer d'IVG".

Voir aussi:

Schiappa et Loiseau pour une "politique féministe européenne"

Taché (LREM) "espère" que la société sera un jour "mûre" pour "une GPA éthique"

Des associations féministes s'allient contre la GPA, "marchandisation du corps"

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Marlène Schiappa a déclaré ce vendredi matin sur BFM être toujours opposée à la GPA mais rester "à l'écoute".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-