Police: pas de "mainmise" du FN mais son "offre politique" séduit selon Luc Rouban

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Police: pas de "mainmise" du FN mais son "offre politique" séduit selon Luc Rouban

Publié le 21/10/2016 à 09:50 - Mise à jour à 09:51
©Miguel Medina/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

L'offre politique du Front national, la défense du service public, semble séduire les policiers même si on en peut encore parler de "mainmise" électorale selon Luc Rouban, chercheur au CNRS.

Si le Front national n'a pas de "mainmise" sur la police, son "offre politique" de défense du service public séduit de plus en plus les policiers, estime Luc Rouban, chercheur au CNRS, auteur d'une étude du Cevipof sur le vote des fonctionnaires à la présidentielle de 2017.

> Le patron du PS a vu la "patte" du FN dans les manifestations de contestationdes policiers. Ce parti a-t-il investi la profession ?

"Il n'y a pas une mainmise du FN sur la police mais il est évident que le parti cherche à récupérer l'affaire à son profit.

"C'est la règle du jeu. Tous les partis politiques essayent de profiter d'une situation de conflit pour se positionner dans un débat électoral. En revanche, on observe une convergence entre l'offre politique du FN et une situation de conflit dans une grande partie de la fonction publique et notamment dans la police, confrontée quotidiennement à la violence, avec des effectifs et des moyens qui ont beaucoup diminué sous la présidence de Nicolas Sarkozy. La spontanéité de cette colère policière est inquiétante car elle montre que les syndicats ne sont plus vus comme des interlocuteurs pour la base".

> Pourquoi le Front national séduit?

"Le FN a complètement évolué dans son offre politique. Jean-Marie Le Pen avait un discours poujadiste antifonctionnaires. Marine Le Pen offre un discours très différent, beaucoup plus structuré, associant la défense de services publics puissants à celle de la partie la plus précaire, la plus modeste de la population. Le FN a su se positionner sur ce qu'on pourrait appeler la +nouvelle lutte des classes+, la cause des pauvres.

"Aujourd'hui, plus de 56% des policiers et militaires (actifs et retraités) ont l'intention de voter FN à l'élection présidentielle de 2017, selon notre étude. Plus on s'approche de la base, plus on vote FN. Ils ont le sentiment d'être piégés dans une situation très difficile, d'être les pompiers du social. Le FN se renforce dans tous les secteurs de la fonction publique confrontés à la misère sociale (professeurs, personnels soignants, policiers) et pour qui exercer leur métier devient dangereux. Le grand échec de la gauche, c'est de ne pas avoir pris la mesure de la pauvreté en France".

> Est-ce le symptôme d'une défiance vis-à-vis des partis de gouvernement?

"Traditionnellement, les policiers ne votent pas beaucoup à gauche. Pour eux, il s'agit plutôt de choisir entre la droite parlementaire et le FN. Le début du vote FN a commencé au début des années 2000 et s'est fortement accéléré depuis 2007. La réduction des effectifs policiers sous Sarkozy et le souhait de poursuivre les suppressions dans la fonction publique décrédibilise la droite parlementaire.

"La gauche n'a pas été capable de mettre fin au sentiment d'impuissance politique face notamment à la montée des trafics dans les quartiers. Si le gouvernement a annoncé des renforts, ils ne sont pas encore opérationnels car former les futurs policiers prend du temps. Les policiers, à qui on demande beaucoup, veulent voter pour un parti qui met en avant un État fort et régalien".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Si le Front national n'a pas de "mainmise" sur la police, son "offre politique" de défense du service public séduit de plus en plus les policiers.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-