Pontourny: 150 manifestants exigent la fermeture du centre de déradicalisation

Pontourny: 150 manifestants exigent la fermeture du centre de déradicalisation

Publié le 11/02/2017 à 15:52
©Joël Saget / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Environ 150 personnes ont exigé la fermeture du centre de déradicalisation de Pontourny, en Indre-et-Loire. Ils estiment que les jeunes "volontaires" en voie de radicalisation qui souhaitent intégrer le centre sont un danger.

Environ 150 personnes ont manifesté samedi 11 au matin à Beaumont-en-Véron, devant le centre de déradicalisation de Pontourny (Indre-et-Loire), pour réclamer sa "fermeture immédiate", a constaté l'AFP.

Décrié par les riverains et actuellement vide, ce centre est le seul de ce type en France. Son sort devrait se jouer dans les prochaines semaines, les élus locaux ayant réclamé vendredi un moratoire "d'au minimum un mois" pour "tout remettre sur la table".

Prévu pour 25 à 30 jeunes "volontaires en voie de radicalisation", le centre en a reçu "un maximum de neuf" depuis son ouverture le 1er juillet 2016, selon le maire de Chinon, Jean-Luc Dupont (LR). Condamné notamment pour violences, le dernier pensionnaire a quitté la structure cette semaine.

Samedi, sur les pancartes brandies par les riverains en colère, on pouvait lire "Cazeneuve. Le Roux démissions!", "Pontourny, ça suffit!" ou encore "Djihadiste = danger".

Une délégation a été reçue à la mairie. A cette occasion, le premier adjoint au maire, Vincent Naulet, a rappelé que "lors du dernier conseil municipal, la municipalité s’est prononcée pour la fermeture du Centre car l’Etat n’a pas respecté ses engagements. Le moratoire, a-t-il estimé, est une bonne chose qui permet de donner le temps de la réflexion."

Mais pour Catherine Bideau, porte-parole de l’association "Radicalement Digne de Pontourny", l'évaluation est déjà faite. "Nous demandons la fermeture immédiate du centre. Nous avons eu des profils dangereux, radicalisés. Ce qui est contraire à ce qui avait été annoncé par l’Etat. On ne veut pas de moratoire. Ça ne servira à rien."

Nathalie Yvonnet, qui habite les environs, se montre tout aussi déterminée contre l'accueil de ces "apprentis jihadistes": "On est à 4 km d’une centrale nucléaire, le choix est aberrant", s'insurge-t-elle.

Vendredi, le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux a pourtant écarté la fermeture de Pontourny. "Je peux vous dire que ce centre va rester ouvert", a-t-il déclaré sur Europe 1. "Localement, il n'y a jamais eu aucun problème avec ce centre", a-t-il assuré en annonçant "une évaluation à la fin du premier semestre". Il a ajouté avoir "demandé au préfet de donner de nouveaux cas pour pouvoir le remplir".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le lieu a pour but d'empêcher une radicalisation poussée, notamment chez les jeunes.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-