Pour Bruno Le Maire, la théorie du ruissellement est "une ânerie"

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Pour Bruno Le Maire, la théorie du ruissellement est "une ânerie"

Publié le 09/10/2017 à 12:39 - Mise à jour à 12:46
© Eric FEFERBERG / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Bruno Le Maire a déclaré ce lundi ne "pas croire" à la "théorie du ruissellement", selon laquelle enrichir les riches profiterait à tout le monde. Le ministre a expliqué que la politique du ruissellement visait à soutenir "l'innovation" et non les plus aisés.

Il n'y croit pas. Invité de France Inter ce lundi 9, Bruno Le Maire a expliqué qu'il ne croyait pas à la "théorie du ruissellement". Cette dernière, d'inspiration libérale, voudrait que sauf destruction ou thésaurisation (accumulation de monnaie), les revenus des individus les plus riches sont in fine réinjectés dans l'économie, soit par le biais de leur consommation, soit par celui de l'investissement (notamment via l'épargne), contribuant ainsi, directement ou indirectement, à l'activité économique générale et à l'emploi dans le reste de la société. 

"Je ne crois pas un instant à la théorie du ruissellement", a-t-il déclaré."C’est une ânerie, ça n’existe pas", a ajouté le ministre, accusé d’avoir multiplié les "cadeaux fiscaux" pour les contribuables aisés dans son projet de loi de finances pour 2018. Un argument repris par exemple par Jean-Luc Mélenchon: Vous défendez la théorie du ruissellement en rendant les riches encore plus riches, les miettes qui vont tomber pour les pauvres seront plus grosses", critiquant notamment la transformation de l’impôt sur la fortune (ISF) en impôt sur la seule fortune immobilière prévue par l’exécutif.

"Ce n’est pas du tout le choix que nous faisons. Le choix que nous faisons, c’est de réinjecter plus de capital dans l’économie française, qui a besoin de mieux se financer", s'est défendu Bruno Le Maire. Le ministre a estimé que "depuis des années, on a surtaxé le capital, moyennant quoi nos entreprises n’ont pas pu innover et créer de l’emploi. Nous nous voulons renverser cette situation-là".

Le ministre de l'Economie et des Finances a assuré que "la politique économique de la France" ne se résumait "pas à l'ISF", niant toute "injustice" dans les choix fiscaux effectués par l'exécutif. Et de prendre en en exemple la suppression de la taxe d'habitation pour 80 % des Français. "Or "il n’y a pas plus inégalitaire que la taxe d’habitation, c’est la loterie" a notamment avancé.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Je ne crois pas un instant à la théorie du ruissellement", a déclaré Bruno Le Maire.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-