Pour éviter l'union routiers-gilets jaunes, le gouvernement reporte la vignette poids lourds

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 23 novembre 2018 - 10:30
Image
L'idée d'une vignette frappant les transporteurs routiers évoquée par la ministre des Transports "n'est pas une mauvaise piste" et il revient à Elisabeth Borne "d'en donner les modalités", a déclaré m
Crédits
© PHILIPPE LOPEZ / AFP/Archives
Le report de la vignette semble un gage donné au transport routier pour le maintenir hors des gilets jaunes.
© PHILIPPE LOPEZ / AFP/Archives
Selon une information révélée jeudi, le gouvernement reporte la vignette poids lourds, une nouvelle taxe sur les transporteurs routiers. Une probable manœuvre pour s'assurer que le secteur du transport routier ne soit pas tenté de faire la jonction avec le mouvement des gilets jaunes.

C'est un projet en attente depuis des mois dans les cartons du gouvernement, et il patientera encore quelques mois. Selon une information révélée par Franceinfo jeudi 22, l'exécutif renonce dans l'immédiat à la création d'une "vignette poids lourds", soit une taxe supplémentaire qui aurait frappé le transport routier. Même si aucune raison n'a été avancée officiellement, il n'est guère difficile d'en deviner la raison probable: ne pas donner un motif de colère à tout un secteur qui pourrait alors rejoindre le mouvement des gilets jaunes, donnant une autre dimension au mouvement.

Le projet de vignette poids lourds devait permettre de faire rentrer 500 millions d'euros par an dans les caisses de l'Etat, des sommes destinées ensuite à faire des travaux sur les infrastructures routières. Elle ne devrait rentrer en vigueur qu'en 2020 et non en 219, ce qui signifie que le budget alloué aux rénovations d'infrastructures se voit amputer de 500 millions pour l'année prochaine, ce qui devrait se traduire par le report de certains travaux sur les routes nationales (comme le passage à deux fois deux voies de certains axes fréquentés).

Lire aussi: Macron veut améliorer le chèque énergie et étendre la défiscalisation des aides au transport

La vignette, rejetée unanimement par toutes les fédérations de transporteurs, aurait pu servir de déclic pour que les routiers rejoignent le mouvement des gilets jaunes, ce dernier appelant sans succès à la convergence des luttes. Mais, pour le moment, seul FO Transports, qui n'est que la troisième organisation du secteur, a appelé à participer au mouvement. Un manque de soutien qui pèse aux gilets jaunes qui, s'ils se revendiquent d'une absence d'encadrement politique et syndical gage de leur indépendance, souffrent en contrepartie d'un manque d'organisation et de moyens d'action pour réaliser des blocages vraiment impactant sur les grands axes routiers ou les dépôts d'essence, comme savent le faire les syndicats de transport.

Depuis le début du mouvement, le refus des routiers de rejoindre les gilets jaunes nourrissait l'idée d'une tractation entre le gouvernement et les organisations syndicales du secteur pour empêcher le ralliement. Restait à connaître le détail des négociations. C'est probablement chose faite.

Voir aussi:

Hulot "assume" tout mais regrette une crise des "gilets jaunes" selon lui "évitable"

La mobilisation s'essouffle, les "gilets jaunes" préparent "l'acte 2"

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don