Présidentielle 2017: Marine Le Pen anticipe son lancement de campagne

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Présidentielle 2017: Marine Le Pen anticipe son lancement de campagne

Publié le 12/01/2017 à 13:47 - Mise à jour à 13:48
©Denis Charlet/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Marine Le Pen a lancé pour de bon sa campagne présidentielle début janvier, avec l'objectif d'accéder au second tour comme le lui promettent les sondages. Selon son coordinateur, Jean Messiha, son projet "ne sera pas aussi dense" que celui de 2012 mais plutôt détaillé au fur et à mesure de la campagne.

Après une année 2016 tout en discrétion, Marine Le Pen a lancé pour de bon sa campagne présidentielle début janvier, avec l'objectif d'accéder au second tour comme le lui promettent les sondages. Emission radio-télé mardi, voeux mercredi, convention thématique jeudi, déplacement en Normandie sur le thème des services publics vendredi, visite discrète dans une centrale nucléaire samedi: on peine à croire que le "véritable" lancement de campagne soit encore prévu à Lyon début février.

Un membre du conseil stratégique de campagne confirme à l'AFP que Mme Le Pen "a anticipé" son lancement: "en campagne, on n'a jamais le temps d'attendre". Un dirigeant réfute toutefois "un changement de stratégie". Le "plein régime" est toujours prévu d'après cette source pour l'après-Lyon. Les "assises présidentielles" seront essentielles dans la campagne de Mme Le Pen: elle entend y faire une démonstration de force et présenter son programme. Selon son coordinateur, Jean Messiha, le projet "ne sera pas aussi dense" que celui de 2012, mais plutôt détaillé au fur et à mesure de la campagne. Il s'inscrira dans "la continuité" du projet 2012, celui de la première candidature présidentielle de Marine Le Pen.

Lyon aura aussi son importance car la capitale des Gaules accueillera le 4 février une réunion de l'ancien ministre de l'Économie Emmanuel Macron. Plusieurs frontistes veulent faire accroire que François Fillon, qui a concentré leurs attaques depuis sa victoire à la primaire de la droite, "dévisse". "Ca se voit dans les médias, il est en contre, il n'est pas en conquête", pense un conseiller de Marine Le Pen. Dès lors, Emmanuel Macron, en hausse constante dans les enquêtes d'opinion, est vu par plusieurs frontistes comme un adversaire de rechange en cas de second tour. "Ca a l'air de s'installer. C'était un phénomène très parisien, mais sur le terrain, les gens en parlent. Ce n'est pas que du papier ou de la télé", souligne le membre du conseil stratégique déjà cité. Pour lui, il "devient inquiétant".

Un sondage Elabe publié le 5 janvier a d'ailleurs donné, pour la première fois depuis avril 2013, Marine Le Pen absente du second tour. Selon cette hypothèse, M. Macron affronterait M. Fillon, après un 1er tour avec Arnaud Montebourg, vainqueur de la primaire PS, et sans François Bayrou, pas candidat. "Pas d'inquiétude", répond le dirigeant FN. "Macron, c'est comme Kouchner ou Lang: il fait 70% de cote de popularité, mais le jour où il se présente, il fait 10%". Selon ce frontiste, affronter Macron serait "plus favorable" pour Marine Le Pen qu'un duel avec M. Fillon. Avec l'ancien conseiller de François Hollande, c'est une opposition "chimiquement pure" entre un "mondialiste" et une "patriote", selon les éléments de langage frontistes.

En attendant, Marine Le Pen comme ses équipes disent trépigner. A "L'Escale", le QG de campagne (nord-ouest de Paris), "la mayonnaise a pris", assure le conseiller régional Jean-Lin Lacapelle, même si certains pestent contre une organisation qu'ils trouvent brinquebalante. Finie donc l'acrimonie de décembre entre Marion Maréchal-Le Pen et Florian Philippot et, à un degré moindre, Marine Le Pen? "Il y a eu une chicaya, et c'est déjà terminé", a répondu la patronne du parti dimanche dans le Parisien.

L'objectif assigné à 2017 reste celui de 2016, non réalisé, d'après M. Lacapelle, chargé de la mobilisation: "gagner la bataille de la confiance, de la crédibilité", alors que celle des idées serait déjà "gagnée". Pour réussir, Mme Le Pen va aussi devoir éviter les nuages judiciaires. Déjà inquiété par un prochain procès pour le financement de ses campagnes de 2012 -le FN et deux de ses dirigeants sont soupçonnés d'escroquerie au préjudice de l'Etat-, le parti d'extrême droite doit affronter une nouvelle bataille: des juges d'instruction enquêtent désormais sur les soupçons d'emplois fictifs de ses assistants au Parlement européen.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un sondage Elabe publié le 5 janvier a donné, pour la première fois depuis avril 2013, Marine Le Pen absente du second tour.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-