Primaire à droite: NKM présente les douze grandes mesures de son programme

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Primaire à droite: NKM présente les douze grandes mesures de son programme

Publié le 06/10/2016 à 19:04 - Mise à jour à 19:10
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire de la droite, a présenté les douze grandes mesures de son projet pour une "nouvelle France" ce jeudi lors d'une conférence dans QG parisien. Ses propositions tiennent en trois grands chapitres: "Nouvelles libertés", "nouvelles sécurités" et "nouvelles responsabilités".

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire de la droite, a présenté ce jeudi 6 à Paris son projet, adapté à une "nouvelle France" révolutionnée par le numérique et ses promesses d'une "transformation radicale" de nos "modes de vie et de travail". Lors d'une conférence de presse dans son QG parisien, la candidate a détaillé les douze grandes mesures de ce programme censé correspondre à la "nouvelle société en train de naître". "Les Français ont compris que nous avions changé de monde. Ils ont compris que le numérique et les multiples applications qui en découlent imprimaient une transformation radicale des modes de vie et de travail", affirme Mme Kosciusko-Morizet, 43 ans. "Nous vivons la révolution d'un millénaire", s'enthousiasme-t-elle également sur la plaquette du projet distribué à la presse.

Ses propositions tiennent en trois grands chapitres: "Nouvelles libertés", "nouvelles sécurités" et "nouvelles responsabilités". "Ca ne se mesure pas au poids, ce n'est pas indispensable d'avoir un sac-à-dos" pour transporter le projet, lance-t-elle, en montrant la brochure d'une quinzaine de pages. Un tacle à son concurrent Bruno Le Maire, dont le programme tient, lui, dans un gros classeur de 1.001 pages. "La rencontre entre le numérique et le mouvement d'émancipation qui est en train de bouillonner" va transformer la société. D'où la nécessité de "se réorganiser, de fixer de nouvelles règles du jeu", selon NKM. Place à "la démocratie enfin participative!", lance-t-elle, dix ans après Ségolène Royal, qui fut la première à la proposer durant la campagne de 2007.

La députée de l'Essonne veut la création d'"une chambre de citoyens virtuelle, permettant à chaque Français de proposer directement une réforme". "Au-dessus de 500.000 signatures en ligne", un projet de réforme serait présenté au parlement, "qui serait tenu de débattre du texte". Si la mesure n'est pas nouvelle - la réforme des institutions de 2008 prévoit un procédé analogue, mais avec un dixième des électeurs et un cinquième des membres du parlement - la version NKM, qui nécessite seulement un peu plus de "1% des électeurs inscrits", va plus loin.

A l'instar de presque tous les autres candidats, la candidate propose également "100 milliards d'euros de baisse d'impôts et de charges pour la compétitivité des entreprises", afin de "créer un choc de compétitivité inédit dans notre pays". Elle souhaite en outre "un statut plus simple" et "plus protecteur pour le travailleur indépendant". L'ex-ministre de l'Ecologie et organisatrice du Grenelle de l'Environnement fin 2007 veut "encourager l'écologie de proximité en généralisant les circuits courts (alimentaires, télétravail, production énergétique)". Il faut "retrouver l'énergie mobilisatrice du Grenelle", estime la candidate, qui fera "de la qualité de l'air une grande cause nationale".

Autres mesures: la mise en place d'une "flat tax" ou "impôt proportionnel individualisé", le versement d'une allocation de ressources dès le premier enfant ou une "politique éducative renouvelée". Si "la réforme de Najat Vallaud-Belkacem (ministre de l'Education nationale) n'est ni faite ni à faire, les angles d'attaque à son encontre venant de la droite ne sont pas judicieux", a tenu à souligner la candidate. Celle-ci se distingue également de ses concurrents en se déclarant "pour le maintien du collège unique". "On ne trie pas les enfants à dix ans", a-t-elle dit, dans un nouveau tacle à M. Le Maire, favorable au collège diversifié avec options dès la sixième.

L'ancienne ministre n'a pas non plus épargné l'ex-chef de l'Etat. Le débat sur la déchéance de nationalité (initié par François Hollande après les attentats de 2015) a été "inutile", celui sur le burkini "vain", celui sur les Gaulois "très détestable". Créditée de 3% des voix par les sondages, NKM n'a pas voulu dire qui elle soutiendrait au second tour de la primaire (20 et 27 novembre). "Laissez-moi d'abord défendre mes idées", a-t-elle glissé.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Nous vivons la révolution d'un millénaire", a déclaré NKM qui oriente une grande partie de son programme sur le numérique.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-