Primaire à droite: les ténors s'écharpent par meetings interposés avant le premier tour

Primaire à droite: les ténors s'écharpent par meetings interposés avant le premier tour

Publié le 19/11/2016 à 11:14 - Mise à jour à 11:26
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

A la veille de la primaire de la droite, le duel annoncé entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé n'est plus d'actualité avec la percée de François Fillon. Vendredi, lors des derniers meetings avant le premier tour, les trois hommes se sont vivement tancés.

Si le troisième débat de la primaire à droite a été plutôt calme entre les candidats, les derniers meetings avant le premier tour ont été l'occasion de régler leurs comptes entre les trois favoris: Alain Juppé, François Fillon et Nicolas Sarkozy.

Au Grand palais de Lille, devant près de 1.800 personnes très enthousiastes, Alain Juppé est montée au créneau pour défendre son concept "d'identité heureuse", de nouveau raillé par Nicolas Sarkozy lors du débat. "On m'a parfois reproché de voir la vie en rose. Mais je ne sous- estime pas la colère et la souffrance des Français" a lancé le maire de Bordeaux, avant d'interpeller l'ancien chef de l'Etat. "Je dis à Nicolas Sarkozy: reconnais tes erreurs. Nous avons eu tort de supprimer lors du précédent quinquennat 10.000 postes dans les forces de l'ordre, mais aussi la double peine, et tort de démanteler le renseignement territorial" a taclé un Alain Juppé sous les vivats de la foule.

Quant à François Fillon, l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac est resté dans la droite ligne des critiques qu'il lui avait adressées lors du troisième débat, le tançant sur sa proposition de supprimer 600.000 postes dans la fonction publique: "attention à la surenchère, il faut aussi rester crédible. Je le dis en toute amitié à François Fillon, on ne pourra pas supprimer 600.000 postes de fonctionnaires en cinq ans". 

Dans la salle surchauffée du Palais des congrès à Paris, François Fillon a joué à fond la carte du troisième homme devant 3.400 de ses soutiens. "Certains s'érigent en candidat du peuple. Moi je ne prétends rien. Le peuple est là" a expliqué le Sarthois, principalement à l'adresse de Nicolas Sarkozy. Et d'ajouter pour souligner sa différence avec les deux anciens favori: "il serait bien court de vouloir Alain Juppé pour ne pas avoir Nicolas Sarkozy, et Nicolas Sarkozy pour ne pas avoir François Bayrou".

"Le 7 mai 2017, je sifflerai la fin de la récréation, je serai le président qui rétablira la République" a lancé Nicolas Sarkozy dans les premiers instants de son discours à Nîmes. A l'adresse de son ancien Premier ministre, il a taclé la proposition d'augmentation de la TVA de 2 points:  "je dis à François Fillon qu'aucune économie moderne n'a un taux de TVA à 22 %. Où est le changement si après les hausses d'impôts de la gauche, il y avait les hausses d'impôts de la droite?".

Concernant Alain Juppé, l'ancien président de la République en a remis une couche sur "l'identité heureuse": "je ne suis pas le candidat d'une France pour qui tout va bien, (...) des demi-solutions, des compromis bancals, des synthèses si subtiles qu'il n'en restera rien. Je refuse les accommodements raisonnables".

 

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Si le troisième débat de la primaire à droite a été plutôt calme entre les candidats, les derniers meetings avant le premier tour ont été l'occasion de régler leurs comptes entre les trois favoris.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-