Primaire à droite: polémique sur l'utilisation des moyens de LR par Sarkozy pour mener campagne

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Primaire à droite: polémique sur l'utilisation des moyens de LR par Sarkozy pour mener campagne

Publié le 07/06/2016 à 14:40 - Mise à jour à 14:45
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Toujours président LR et pas encore candidat, Nicolas Sarkozy est accusé par ses rivaux d'utiliser les moyens du parti pour mener officieusement campagne pour la primaire. Sauf que le règlement le lui permet, a rappelé ce mardi Thierry Solère.

"Oui", sa décision est prise sur sa participation à la primaire de la droite "mais ce n'est pas encore le moment de (s')exprimer sur le sujet", a dit Nicolas Sarkozy le 1er juin à Valeurs actuelles. Peu de doute sur la réponse, depuis des mois un secret de Polichinelle: oui, il sera donc bien candidat pour le scrutin censé désigner le candidat unique de son camp en vue de la présidentielle de 2017. Une position qui irrite au plus haut point ses rivaux, qui dénoncent l'utilisation par le "pas encore candidat" des moyens du parti pour mener sa campagne personnelle.

Alain Juppé, François Fillon, Bruno Le Maire: ses principaux adversaires ont tous récemment pris la parole pour dénoncer la double casquette déjà portée par Nicolas Sarkozy en 2012, lorsqu'il était président sortant et futur candidat à sa propre succession. Sauf que le patron de LR est dans son bon droit, a rappelé ce mardi 7 Thierry Solère.

Le président du comité d'organisation de la primaire, pourtant soutien affiché de Bruno Le Maire, a joué son rôle en rappelant la règle, ce mardi matin sur i>Télé. "S'il est candidat, et il va l'être, il devra démissionner de la présidence des Républicains", a ainsi souligné le député des Hauts-de-Seine. Sauf que l'arbitrage rendu par "l'ensemble des membres du bureau politique" (et "souhaité par Nicolas Sarkozy", a précisé Solère) a défini une date "maximale" pour cette démission: "fin août". Plus précisément le 25, soit quinze jours avant la date limite de dépôt des candidatures fixée au 9 septembre.

D'ici là, le président de parti pourra multiplier les déplacements et autres "réunions publiques" aux faux airs de meeting de candidat, le tout pris en charge par les finances du parti. Qu'importent pour lui les critiques, il sera dans son bon droit.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La date butoir du 25 août pour que Nicolas Sarkozy démissionne et se lance officiellement dans la campagne de la primaire a été fixée par "l'ensemble des membres du bureau politique" , a rappelé Thierry Solère.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-