Primaire à droite: pour Mariton, "une nouvelle guerre interne" se profile

Primaire à droite: pour Mariton, "une nouvelle guerre interne" se profile

Publié le 06/05/2016 à 12:33 - Mise à jour à 12:34
©PRM/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Face à la décision de Nicolas Sarkozy d'imposer le vote papier pour les Français de l'étranger, en vue de la primaire à droite, Hervé Mariton a estimé ce vendredi que cette annonce, contestée de toute part, faisait craindre le pire. Pour le député (Les Républicains), "on voit de nouveau apparaître une guerre interne".

Le député (Les Républicains) Hervé Mariton a estimé ce vendredi 6 que la discorde à propos du vote des Français de l'étranger pour la primaire de la droite en vue de 2017 faisait craindre "une nouvelle guerre interne". "Il y avait un consensus pour le vote par internet à l'étranger, ce consensus est brisé par Nicolas Sarkozy et on voit de nouveau apparaître une guerre interne", a déclaré sur France 2 M. Mariton, lui-même candidat à la primaire.

Mardi, le bureau politique des Républicains, à la demande du président du parti Nicolas Sarkozy, a décidé, par 43 voix sur 47, d'abandonner le vote électronique au profit d'un vote papier classique, pour les 1,2 million de Français de l'étranger. Sa décision a été contestée par la Haute autorité chargée du bon déroulement de la primaire et les principaux candidats à l'élection.

"Moi j'ai très peur qu'une nouvelle guerre type Copé-Fillon soit rallumée. Non seulement les militants de l'UMP (devenu Les Républicains) avaient trouvé ça insupportable, mais ça nous a valu beaucoup de critiques de la part des Français", a-t-il dit, évoquant la bataille qui avait opposé François Fillon et Jean-François Copé pour la présidence du parti en 2012. "Donc on a besoin, un, de règles solides, deux, d'ouvrir le débat", a-t-il ajouté.

M. Mariton a estimé qu'en 2017, "on ne peut pas recommencer comme en 2012", avec un duel François Hollande contre Nicolas Sarkozy. "Moi je fais le constat de la tragédie de François Hollande, mais aussi de l'échec qu'a été le mandat de 2012. Je ne le découvre pas aujourd'hui, je n'ai jamais fait partie des courtisans de Nicolas Sarkozy", a-t-il dit.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Moi j'ai très peur qu'une nouvelle guerre type Copé-Fillon soit rallumée", a déclaré Hervé Mariton.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-