Primaire à droite: très offensif, Nicolas Sarkozy accélère le rythme

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Primaire à droite: très offensif, Nicolas Sarkozy accélère le rythme

Publié le 16/09/2016 à 15:28 - Mise à jour à 15:41
©Lionel Bonaventure/Pool/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Très offensif lors de son intervention sur France 2 jeudi, Nicolas Sarkozy entend dicter le tempo de la primaire de la droite. Ignorant royalement ses concurrents, il a donné rendez-vous à son public dans "huit mois" pour la présidentielle elle-même, comme s'il était déjà désigné.

Nicolas Sarkozy, offensif jeudi 15 au soir sur France 2, entend continuer de dicter le tempo de la campagne de la primaire de la droite, qui devrait encore s'accélérer avec la riposte de ses concurrents, à deux mois du premier tour de cette compétition inédite. Jeudi soir, Nicolas Sarkozy a ferraillé pendant plus de deux heures, inaugurant sur France 2 une nouvelle émission politique. L'ancien président a réuni 2,7 millions de téléspectateurs (12,6% de parts d'audience), soit le même score que lors de son passage à la précédente version de cette émission, Des paroles et des actes, en février. L'audience est bien moindre que celle de TF1, qui a réuni plus de 6 millions de téléspectateurs avec une série. "Il y a un buzz médiatique disproportionné" autour de M. Sarkozy, regrette un proche d'Alain Juppé.

Sur le fond, M. Sarkozy a décliné ses propositions: internement des fichés S suspectés de terrorisme au nom du "principe de précaution", volonté de "changer les règles européennes" tant en matière de sécurité et de frontières que sur les travailleurs détachés, et même service militaire obligatoire pour les décrocheurs scolaires. Le tout sans oublier François Hollande, présenté comme un dirigeant de "secte". Il n'a pas cédé un pouce de terrain sur ses déclarations polémiques minorant le rôle de l'homme dans le réchauffement climatique, qui lui a pourtant valu une réplique d'Alain Juppé et une volée de bois vert gouvernemental. Sa concurrente Nathalie Kosciusko-Morizet a regretté ce vendredi 16 qu'il "renie" ses convictions sur l'écologie. Le maire de Bordeaux, comme les six autres candidats de la primaire, ont été les grands oubliés de la soirée. Comme s'il était déjà désigné pour la présidentielle, M. Sarkozy les a superbement ignorés, donnant rendez-vous "dans huit mois" pour la présidentielle elle-même.

Selon un sondage réalisé en direct, 38% des Français, mais surtout 78% des sympathisants Les Républicains ayant regardé l'émission se sont déclarés convaincus (Harris Interactive). Les enquêtes parues ces derniers jours montrent une nette remontée de M. Sarkozy face à Alain Juppé au sein du coeur de l'électorat.  Selon le même institut (avant l'émission), MM. Sarkozy et Juppé sont, loin devant leurs concurrents, à égalité dans les intentions de vote au premier tour de la primaire (37%) mais l'ancien Président devance désormais nettement l'ancien Premier ministre au sein des sympathisants LR (54% contre 23%). Toujours pas suffisant, cependant, pour renverser la vapeur au second tour, avec M. Juppé donné gagnant à 52% contre 48%.

La campagne de l'ex-président, qui a promis jeudi d'aller "chercher" les électeurs "un à un", va se poursuivre sur le même rythme. Vendredi soir, il tient une réunion publique à Mandelieu (Alpes-Maritimes). Il sera samedi à Nice où il rencontrera l'association des familles de victimes de l'attentat du 14 juillet, entre deux séances de dédicaces de son livre-programme Tout pour la France. M. Sarkozy se rendra lundi 19 à Franconville (Val d'Oise). Il rencontrera des transporteurs routiers à Calais mercredi 21, puis devrait donner un meeting dans le Nord et un autre samedi 24 septembre à Perpignan. Selon son entourage, il rassemblera ses troupes pour un grand meeting au Zénith de Paris le 9 octobre.

Chez ses concurrents, Alain Juppé, qui s'arrime à son concept d'"identité heureuse" moquée par ses rivaux, n'entend pas officiellement modifier son plan de campagne. Sa prochaine grande réunion aura lieu à Lyon le 29 septembre avec un discours centré sur l'Etat, selon son entourage. Au total une dizaine de meetings sont envisagés. Le maire de Bordeaux alignera aussi les sorties thématiques, à commencer par un déplacement lundi à Cergy-Pontoise sur l'Enseignement supérieur. Derrière ce duo de favoris, François Fillon réunira ses troupes mercredi à Paris, au Cirque d'Hiver. Bruno Le Maire effectue sa grande rentrée ce week-end à Sète avant un meeting en Alsace mercredi. Ces deux concurrents, comme Jean-François Copé, Nathalie Kosciusko-Morizet, Hervé Mariton et Jean-Frédéric Poisson, multiplieront également les réunions et les déplacements en régions.

 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Selon un sondage réalisé en direct, 38% des Français qui ont regardé Nicolas Sarkozy à la télévision jeudi soir se sont déclarés "convaincus".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-