Primaire PS: Valls et Peillon tentent le hollandisme sans Hollande

Primaire PS: Valls et Peillon tentent le hollandisme sans Hollande

Publié le 03/01/2017 à 14:41 - Mise à jour à 14:51
©Présidence de la République
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): PP
-A +A

Manuel Valls et Vincent Peillon ont dévoilé ce mardi leurs projets respectifs pour la primaire de la Belle alliance populaire (les 22 et 29 janvier). Les deux anciens ministres qui revendiquent l'héritage du quinquennat Hollande, tout en prenant leurs distances avec le chef de l'Etat, ont choisi de se lancer dans un numéro d'équilibriste: faire du Hollande sans Hollande

"Un droit d'inventer" sans le droit d'inventaire: Manuel Valls, tout comme son rival Vincent Peillon, misent sur une sauce hollandaise débarrassée de toute trace de François Hollande pour remporter la primaire de la gauche. Ce mardi 2, chacun de leur côté, les anciens ministres ont ainsi présenté leur projets respectifs. Deux copieux plats (entre 50 et 60 pages chacun) sociaux-démocrates goûtant fort et de manière assumée l'émulsion au beurre citronnée, mais dont les cuistots ont revendiqué une certaine distance avec l'inventeur de la recette, tout en se réclamant de son héritage. Un exercice d'équilibriste qui a dû laisser un arrière-goût amer au chef de l'Etat, accusé en filigrane de n'être rien d'autre que le principal défaut du hollandisme.

Qu'il s'agisse de "refondation de l'Europe" pour Manuel Valls ou d'un "New Deal européen" pour Vincent Peillon, de rénover les institutions, du droit de vote des étrangers (Peillon) ou encore de la création d'un revenu universel (Valls): les deux hommes ont ainsi largement pioché dans la boîte à outils idéologique de François Hollande pour bâtir leurs projets. Inspirés par le quinquennat qui touche à son terme ou directement issus des 60 propositions de la campagne de 2012, ces promesses, parfois non tenues (celles qui ont peut-être coûté le plus cher au chef de l'Etat), sont désormais "vallsistes" ou "peilloniennes".

Et qu'importe que certaines ne soient pas plus réalisables aujourd'hui qu'il y a cinq ans. Refonder l'Europe? François Hollande l'avait promis comme première pierre de son mandat. Parti pourfendre le pacte budgétaire (celui de la fameuse "règle d'or") à Berlin moins de 10 jours après son élection, le président était rentré bredouille. Tout un symbole: l'histoire n'a retenu de ce premier déplacement que l'avion présidentiel frappé par la foudre, forçant le chef de l'Etat a revenir précipitamment pour changer d'appareil...

Inscrire dans la Constitution le droit de vote aux élections locales? Faute de majorité des 3/5e au Parlement, Hollande a été condamné à renoncer. Et si Vincent Peillon propose aujourd'hui de passer par un référendum pour contourner le problème, le risque est grand compte tenu de l'atmosphère actuelle dans le pays de voir la proposition rejetée. La reléguant ainsi pour des décennies au fond des tiroirs...

Peillon et Valls veulent ainsi faire du Hollande sans Hollande, expurger la "fraise des bois" du ragoût social-démocrate pour le rendre plus digeste, mieux le vendre aux Français. Et mettre à leur crédit les résultats positifs de ces dernières semaines, notamment sur le front du chômage. Reste à savoir si les deux anciens ministres ont bien cerné les erreurs qui ont conduit le chef de l'Etat dans les tréfonds de l'impopularité l'ayant empêché de se représenter. Sous peine que l'histoire ne se répète.

 

Auteur(s): PP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Peillon et Valls veulent faire du Hollande sans Hollande, expurger la "fraise des bois" du ragoût social-démocrate pour le rendre plus digeste.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-