Primaire de la droite: premier duel à distance pour Fillon et Juppé

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Primaire de la droite: premier duel à distance pour Fillon et Juppé

Publié le 21/11/2016 à 21:16 - Mise à jour à 21:19
©Martin BUREAU Thomas SAMSON / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): VL

-A +A

Alain Juppé était ce lundi soir l'invité du journal de 20 heures de France 2 et François Fillon de celui de TF1. Les deux finalistes de la primaire de la droite se sont donc livrés à une première passe d'armes par médias interposés, s'opposant notamment sur les réformes économiques et sociales, la famille ou la Syrie.

Au lendemain de leur qualification pour le second tour de la primaire de la droite, Alain Juppé et François Fillon participaient respectivement aux JT de 20 heures de France 2 et TF1 ce lundi 21. L'occasion d'un premier duel à distance, dans lequel François Fillon reste favoris après un surprenant score de plus de 44% au premier tour.

Sur France 2, Alain Juppé a d'abord nié avoir hésité ne serait-ce qu' "une seconde" à "continuer le combat" et à participer au second tour malgré son retard de plus de 15 points au premier.

Comme prévu, le maire de Bordeaux défenseur d'une ligne plus centriste a attaqué son rival sur la rigueur de son programme libéral, d'une grande "brutalité sociale", mais aussi "inapplicable" selon lui. Il a cité pour exemple l'idée que "500.000 fonctionnaires en moins en 5 ans, c'est infaisable" quand lui table sur environ 250.000. "La rupture ne consiste pas à casser la baraque", a-t-il lancé.

Et de rappeler que François Fillon est "totalement comptable" du bilan de Nicolas Sarkozy, lui qui a été son Premier ministre pendant cinq ans: "Ce que l'on voit aujourd'hui, c'est la recomposition de l'équipe Sarkozy-Fillon", a-t-il dit en référence au soutien apporté par l'ancien président, grand perdant du premier tour.

Il a également attaqué François Fillon sur son conservatisme, notamment sur la question de la famille: "Je suis très attaché à l'égalité entre les hommes et les femmes (...). Je me sens plus proche du Pape François que de Sens Commun et de la Manif Pour Tous", a-t-il déclaré.

Quelques minutes plus tard, François Fillon lui répondait déjà sur TF1 que ceux qui l'écoutaient savaient qu'il était lui aussi "plus proche du pape". Le député de Paris a notamment dénoncé une volonté de "caricaturer" son programme. Quant à la politique économique, François Fillon a joué sur l'image de timoré que traîne Alain Juppé: "je sais que mon programme est difficile (mais) redresser le pays, on ne va pas y arriver avec de l'eau tiède".

Il a notamment été interrogé sur sa position quant au conflit syrien. François Fillon est en effet très critiqué sur le sujet pour être prêt à agir avec la Russie et le régime de Bachar el-Assad pour combattre l'Etat islamique: "Si vous voulez trouver un accord, il faut parler à tout le monde", a-t-il déclaré, fustigeant ceux qui le critiquent sur le sujet mais n'apportent pas de "solutions".

L'affrontement face à face aura lieu lors du débat télévisé de jeudi 24.

 

Auteur(s): VL


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Alain Juppé a dénoncé la "brutalité sociale" du programme de François Fillon sur France 2, lequel a évoqué une "caricature" sur TF1.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-