Prison à vie: Valls se dit ouvert à la perpétuité "effective" pour les terroristes

Prison à vie: Valls se dit ouvert à la perpétuité "effective" pour les terroristes

Publié le 22/03/2016 à 20:50 - Mise à jour à 20:51
©Thomas Samson/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Interrogé par Nathalie Kosciusko-Morizet, ce mardi à l'Assemblée nationale, Manuel Valls s'est dit ouvert à "examiner" la possibilité de créer une peine de prison à vie "effective".

Manuel Valls a déclaré ce mardi 22 à l'Assemblée, en réponse à une question de Nathalie Kosciusko-Morizet (LR) sur la perpétuité effective pour les auteurs d'actes terroristes, n'avoir "aucun problème à examiner" des mesures proposées par la droite si elles sont "efficaces" et respectent "notre Etat de droit" et "nos valeurs".

Notant que Salah Abdeslam "sera sans doute condamné à la perpétuité, avec une peine de sûreté de 18 à 22 ans" et "pourra donc, alors qu'il n'aura pas encore 50 ans, demander un aménagement de peine", la candidate à la primaire à droite a demandé au Premier ministre: "Accepterez-vous de considérer une perpétuité effective et irrévocable, c’est-à-dire sans possibilité de mettre fin à la période de sûreté?". Celle-ci ne devrait de toute façon pas pouvoir être appliquée dans le cas du terroriste du 13 novembre, puisqu'elle serait postérieure à la commission de ses actes.

Après avoir insisté sur la lutte gouvernementale contre le terrorisme depuis 2012, avec "deux lois antiterroristes, deux lois sur le renseignement", "la mis(e) en marche de la loi sur la procédure pénale", "l'état d'urgence", Manuel Valls a répondu à la députée: "Je souhaite qu'ensemble, aujourd'hui comme demain, nous puissions avancer, y compris sur des mesures comme celle que vous proposez".

"Nous n'avons aucun problème à examiner toutes les mesures qui soient efficaces, dans le cadre de notre Etat de droit, dans le respect évidemment de nos valeurs", a ajouté M. Valls, glissant que des mesures contenues dans la proposition LR des sénateurs Michel Mercier et Philippe Bas avaient été prises en compte dans des textes gouvernementaux.

Début mars, l'Assemblée a également voté dans le projet de réforme pénale, via un amendement LR sous-amendé par le gouvernement, la possibilité pour une cour d'assises de prononcer une "perpétuité dite incompressible" pour les auteurs de crimes terroristes (soit période de sûreté jusqu'à 30 ans contre 22 actuellement, soit impossibilité de tout aménagement de peine).

Face au terrorisme, au-delà de "l'efficacité des forces de sécurité, de nos armées, de la justice et de la lutte contre la radicalisation", Manuel Valls a aussi jugé que "les symboles ont de l'importance", dans une allusion à la déchéance de nationalité, réécrite par la majorité de droite au Sénat dans la révision constitutionnelle, ce mardi.

Plus tôt, le chef de file des députés Les Républicains, Christian Jacob avait assuré que son groupe serait "aux côtés du gouvernement pour mettre en œuvre des mesures d’extrême fermeté", appelant "des actes forts sur le contrôle des frontières, sur la surveillance et la mise hors d’état de nuire des individus en retour du djihad, sur l’assignation à résidence des fichés S, sur l’isolement des détenus islamistes en prison".

"Les Français comprennent bien que le risque zéro n’existe pas. Ce qu’ils ne comprendraient pas, c’est notre faiblesse, nos atermoiements, nos débats philosophiques alors que nous sommes en guerre", selon lui.

Pour continuer à suivre les développements des attaques de ce mardi à Bruxelles, suivez notre direct en cliquant ICI.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Nous n'avons aucun problème à examiner toutes les mesures qui soient efficaces, dans le cadre de notre Etat de droit, dans le respect évidemment de nos valeurs", a déclaré M. Valls.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-