PS, PC, EELV... personne ne veut d'une primaire de la gauche

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

PS, PC, EELV... personne ne veut d'une primaire de la gauche

Publié le 19/04/2016 à 10:02 - Mise à jour à 10:16
©Loïc Venance/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): Pierre Plottu

-A +A

La primaire de la gauche est mort-née, tuée dans l'œuf par les manœuvres, les divergences et les haines recuites. Loin d'être seul responsable, c'est le PC qui a déclaré l'heure du décès vendredi dernier en actant sa participation mais en assurant qu'il ne soutiendra "en aucun cas" François Hollande, même s'il est désigné démocratiquement. Une perche que le PS s'est empressé de saisir.

Tous appellent au rassemblement, mais à leurs conditions. Pas ce candidat ou l'alliance ne se fera pas, pas ces conditions ou l'unité ne marchera pas, pas, pas, pas... A peine en gestation, la primaire de la gauche semble déjà mort-née.

Alors que la dynamique semblait (péniblement) prendre forme depuis l'appel lancé dans Libération début janvier par des intellectuels et responsables écolos, la machine a cette fois bel et bien calé.  Alors qu'Europe Ecologie-Les Verts et le Parti socialiste ont trouvé un terrain d'entente a minima à une participation commune officialisée samedi 16, c'est du Parti communiste qu'est venue la dernière, en date, pelletée de terre sur le cercueil de la primaire.

Si les troupes de Pierre Laurent ont ainsi bien validé leur participation au scrutin chargé de désigner un candidat commun pour 2017, vendredi 15, le conseil national du parti a inclus un passage que le PS s'est empressé de dénoncer comme un casus belli. Pressés par leur base, les cadres communistes ont ainsi -largement- voté pour un texte qui clame que le PC ne soutiendra "en aucun cas" François Hollande, accusé de "s'acharne(r), malgré le rejet populaire, à vouloir repartir". Ni même "aucun représentant" de la politique du chef de l'Etat, encore majoritaire, bien que contestée, dans un parti avec lequel ils scellent régulièrement des accords électoraux.

Le président n'aura donc pas le soutien des communistes même s'il est désigné démocratiquement par le peuple de gauche. Tout est dit.

Les "deux gauches irréconciliables" de Manuel Valls sont matérialisées. Trop de haines recuites, de manœuvres et de divergences ont eu raison des bonnes volontés (du bon sens?) alors que le Front national n'a jamais été aussi haut dans les sondages et la menace d'une élimination des candidats roses, verts ou rouges dès le premier tour de la présidentielle si prégnante. Comme si tous considéraient acquise une défaite majeure en 2017, cherchant à en faire porter la responsabilité par les autres, et jouaient déjà le "coup d'après".

 

Auteur(s): Pierre Plottu


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les communistes ont matérialisé vendredi les "deux gauches irréconciliables" de Manuel Valls en assurant qu'il ne soutiendront "en aucun cas" François Hollande, même désigné par une primaire commune.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-