Réchauffement climatique: pour Laurent Fabius, "il n'y a pas de plan B"

Auteur(s)
JmC
Publié le 12 décembre 2014 - 09:25
Image
Laurent Fabius.
Crédits
©Anis Mili/Reuters
Pour Laurent Fabius, trois mots résument la lutte contre le réchauffement climatique: "urgence, espoir, action".
©Anis Mili/Reuters
Laurent Fabius était l'invité de RTL ce vendredi matin. Pour le ministre des Affaires étrangères, actuellement à Lima (Pérou) pour la conférence de l'ONU sur le climat, la lutte contre le réchauffement climatique est une priorité mondiale.

L'attentat contre le centre culturel français de Kaboul

"La situation en Afghanistan reste assez troublée (…). C'est la France qui était visée (…), mais il n'y a pas de victime française. Malheureusement il y a une victime, et des blessés graves".

 

La conférence de Lima sur le climat

"Je pense qu'on va avancer, mais il restera un énorme travail à faire avant Paris" (qui organise un sommet sur l'environnement en 2015).

"Avant le mois de mars/avril, il faut que chaque pays ait déposé ses engagements en matière de climat. Nous voulons qu'ils soient le plus précis possible".

 

Le financement de la lutte contre le réchauffement climatique

"On a décidé de créer un fonds vert. On a passé les 10 milliards de dollars, c'est un bon point. (…) Il faut qu'on arrive avant l'année 2020 à 100 milliards par an".

 

L'avenir de la planète

"Si les choses continuent comme aujourd'hui, la planète va devenir complètement invivable".

En matière de lutte contre le réchauffement climatique, "on n'a pas le choix (…). Il n'y a pas de plan B, car il n'y a pas de planète B. (…) Et il faut le faire rapidement".

Les économies d'énergie et la transition énergétique, "c'est bon pour la croissance, (…) ça crée des emplois".

"Il faut moins d'énergies fossiles, il faut plus d'énergies renouvelables, il faut faire des économies d'énergie".

"Je résumerai en trois mots: urgence, espoir, action".

 

La loi Macron et l'ouverture des magasins le dimanche

"Il faut que nous ayons à Paris des zones de tourisme international. (…) Pour moi c'est une évidence".

"Si l'Angleterre et Londres sont ouvertes le dimanche, si la France et Paris sont fermées le dimanche, alors les touristes iront à Londres le dimanche".