Réforme constitutionnelle: le Sénat adopte le projet avec le volet sur la déchéance de nationalité réécrit

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Réforme constitutionnelle: le Sénat adopte le projet avec le volet sur la déchéance de nationalité réécrit

Publié le 22/03/2016 à 18:18 - Mise à jour à 18:22
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le Sénat a adopté ce mardi le projet de réforme constitutionnelle voulu par François Hollande avec son volet sur la déchéance de nationalité réécrit. Au grand dam de la gauche, la chambre haute a réservé la déchéance de nationalité aux seuls binationaux, pour éviter des apatrides.

Le Sénat à majorité de droite a adopté ce mardi 22 mars, par 176 voix contre 161 et 11 abstentions, le projet de révision constitutionnelle voulu par François Hollande après les attentats de novembre, mais avec son volet sur la déchéance de nationalité réécrit. Ce résultat est loin des 3/5es des votes exprimés, nécessaires au Parlement en Congrès pour toute révision constitutionnelle. Sans surprise, la quasi-totalité des sénateurs LR et une grande majorité des centristes ont voté pour, la gauche presque unanime contre.

Pour la suite du processus de révision, "ça ne se joue plus au niveau des chambres, ça se joue dans un bureau, avec le président de la République, le Premier ministre et les présidents des deux Assemblées", a déclaré devant la presse le chef de file des sénateurs socialistes Didier Guillaume, précisant qu'un rendez-vous est prévu mercredi 23 à l'Elysée. Mais aucune invitation n'a été reçue à ce stade, selon le cabinet du président du Sénat.

Aussitôt après ce scrutin, devant des journalistes, Gérard Larcher a demandé "à rencontrer le Président de la République" en tête-à-tête, pour lui demander "de prendre la seule solution que le pays attend: lutter contre le terrorisme et retrouver la cohésion de la Nation". "Il lui appartiendra de prendre ses responsabilités sur ce texte, notamment sur l'article 2 (sur la déchéance) qui fracture majorité et opposition à un moment où la Nation doit être rassemblée, unie et forte", a poursuivi l'élu des Yvelines. Il a cependant souligné que "le fonctionnement normal de nos institutions nous amène à demander une navette avec l'Assemblée".

"Pourquoi reprocher au Sénat d'être fidèle aux engagements du président de la République?", avait lancé auparavant dans l'hémicycle le patron des sénateurs Les Républicains Bruno Retailleau, en référence aux annonces de François Hollande à Versailles le 16 novembre. Le Sénat a réservé la déchéance de nationalité aux seuls binationaux, pour éviter des apatrides, là où l'Assemblée l'avait ouverte théoriquement à tous les Français afin de ne pas créer de "discrimination". Ainsi le Sénat a fait le choix de "laisser la stigmatisation des binationaux", a accusé Didier Guillaume pour justifier la position contre de son groupe.

Mais "le Sénat n'est pas dans une posture", a martelé M. Retailleau, alors que plusieurs responsables de gauche, jusqu'au Premier ministre, ont accusé la chambre haute de ne pas rechercher un accord avec l'Assemblée. "Nous n'avons aucun complexe de légitimité", a aussi argué François Zocchetto, président du groupe centriste (UDI-UC), tandis que Jacques Mézard, au nom du groupe à majorité radicale de gauche, estimait, face au ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas au banc du gouvernement, que "quand on veut rassembler, il faut commencer par respecter". Pour le groupe communiste, Eliane Assassi a dit son opposition à "un texte qui, s'il était voté, ternira la République". Esther Benbassa du groupe écologiste a jugé qu'"il est temps d'admettre cet échec" de la révision constitutionnelle, qui comprend aussi l'inscription dans la loi fondamentale du régime d'exception de l'état d'urgence.

Tous les orateurs ont évoqué les attentats en Belgique, certains telle Mme Benbassa déplorant la "récupération politicienne" qui a pu en être faite. M. Zocchetto a dénoncé des "propos indécents" à ce sujet du chef de file des députés PS Bruno Le Roux, qui s'en était pris à la "droite sénatoriale", provoquant des huées sur les bancs de la droite.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Le Sénat n'est pas dans une posture", a déclaré Bruno Retailleau.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-