Réforme de la procédure pénale: Valls défend Taubira

Réforme de la procédure pénale: Valls défend Taubira

Publié le 14/01/2016 à 20:56 - Mise à jour à 20:58
©Eric Feferberg/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Alors que l'opposition appelle Christiane Taubira à démissionner en raison de sa prise de position sur la déchéance de nationalité, Manuel Valls a assuré ce jeudi qu'elle porterait "avec le talent et la détermination qu'on lui connaît" la loi sur la réforme de la procédure pénale accompagnant la révision constitutionnelle.

Manuel Valls a assuré ce jeudi au Sénat que la ministre de la Justice Christiane Taubira porterait "avec le talent et la détermination qu'on lui connaît" la loi sur la réforme de la procédure pénale accompagnant la révision constitutionnelle.

Jugeant que "l'heure n'est pas à la polémique", le chef du gouvernement a assuré lors de la séance des questions au gouvernement que la garde des Sceaux était "pleinement investie dans la tache qui est la sienne" et qu'elle porterait ce "projet de loi ambitieux" avec "le talent et la détermination qu'on lui connaît".

Il a rappelé qu'il présenterait lui-même aux deux chambres le texte visant à inscrire dans la Constitution l'état d'urgence mais aussi la possible déchéance de nationalité pour les personnes condamnées pour terrorisme.

"Il n'y a pas de nouveauté, je ne crois pas d'ailleurs qu'il y a eu d'objection à l'époque, lorsque Michel Debré en 1963, Pierre Bérégovoy en 1992, Jean-Pierre Raffarin en 2002 ou François Fillon en 2008 ont présenté des projets de loi constitutionnelle", a argumenté le Premier ministre en évoquant quatre de ses prédécesseurs à Matignon.

"Alors, je ne céderai pas à la polémique", a-t-il insisté, en référence aux appels de l'opposition à la démission de Christiane Taubira qui s'est ouvertement prononcée contre la déchéance de nationalité. "Dans ces circonstances, dans ce contexte, face à l'intensité de la menace, je le dis et je n'y céderai pas, l'heure n'est pas à la polémique et l'heure n'est pas aux petites phrases inutiles", a prévenu Manuel Valls.

"Le débat sur la révision constitutionnelle doit désormais avoir lieu au parlement, le gouvernement y prendra toute sa part et je sais que le Sénat aura à coeur de garantir la sécurité des Français et les droits fondamentaux", a-t-il conclu.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Je ne céderai pas à la polémique", a déclaré Manuel Valls.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-