Réforme du droit du travail: plus de négociations, moins de lois

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Réforme du droit du travail: plus de négociations, moins de lois

Publié le 08/09/2015 à 10:29 - Mise à jour à 11:04
©Gile Michel/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): VL
-A +A

Un rapport doit être remis à Manuel Valls mercredi 9 afin de préparer la future réforme du droit du travail. Il préconise notamment de limiter les règles législatives et de s'en remettre davantage aux négociations entre entreprises et salariés.

Le rapport de  l'ancien directeur du Travail Jean-Denis Combrexelle sur la réforme du code du travail doit être remis mercredi 9 au Premier ministre. Ce document, dont Les Echos à eu connaissance, doit servir de base aux modifications et à la simplification que veut opérer le gouvernement. L'ensemble des 44 mesures ne seront donc pas forcément reprises dans la loi mais ce rapport donne le ton.

Sa ligne directrice est d'accorder plus de place aux accords entre les salariés et les entreprises et ainsi de limiter le recours systématique à la loi, principal reproche qui est fait au droit du travail français. Il ne s'agit bien sûr pas de jeter au feu le code du travail mais les partenaires sociaux devraient obtenir une plus grande marge de manœuvre dans un cadre défini par le législateur. Le président de la République et le gouvernement ont cependant annoncé qu'il ne pourrait déroger à certaines règles sensibles.

Alors que certains préconisent sur la durée du travail de s'en remettre aux règles européennes (48 heures hebdomadaires maximum, heures supplémentaires comprises) et aux accords salariés-entreprises, François Hollande a été clair lors de sa conférence de presse de lundi 7: "la durée légale (des 35 heures) ne changera pas". Mais de nouveaux mécanismes de dérogation pourraient être instaurés, comme le réclame une majorité de Français selon un récent sondage.

De même, l'exécutif refuse de revenir sur le Smic. La question du contrat à durée indéterminée (CDI) semble, elle, rester en suspend. L'instauration du contrat de travail unique demandé par le patronat n'a pas été retenue. Mais il pourrait être possible de limiter les indemnités de licenciement, notamment pour un salarié qui refuserait un accord qui vise à "maintenir", "protéger", "préserver" ou "développer"  l'emploi et dans "l'intérêt collectif".

Le rapport propose que ces nouvelles règles soient établies au sein des branches professionnelles pour une durée maximum de 4 ans. Les entreprises ne pourraient alors y déroger que si elles sont plus favorables aux salariés. Le nombre de ces branches –700 actuellement– pourrait être réduit.

Le rapport Combrexelle prévoit également que la réforme soit mise en place assez rapidement afin de pouvoir lancer les négociations de branches en 2016. Cet ambitieux chantier constituera un baptème du feu pour la nouvelle ministre du Travail Myriam El Khomri.

 

Auteur(s): VL

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le rapport Combrexelle prévoit de premières négociations de branches en 2016.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-