Réponse du Conseil d'État à Me Diane Protat : l'abandon du principe de précaution ?

Réponse du Conseil d'État à Me Diane Protat : l'abandon du principe de précaution ?

Publié le 02/10/2021 à 09:23
AFP / DR
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Fin août, Me Diane Protat entamait ses plaidoiries pour le compte de trois soignantes contre le passe sanitaire et l'obligation vaccinale.

Le tribunal de grande instance de Paris ne lui a pas donné gain de cause. Persuadée de l'illégalité de ces mesures, Me Protat s'est tournée vers le Conseil d'État. Ses clientes demandaient l’annulation du décret du 7 août 2021, qui limite leur possibilité de faire valoir leur contre-indication médicale personnelle à la vaccination.

Le 29 septembre, l'avocate a reçu la réponse du Conseil d'État :

En résumé :

1 - Les requérantes ne sauraient utilement se prévaloir à l’encontre des dispositions attaquées des conditions de renouvellement de l’autorisation de mise sur le marché conditionnelle délivrée pour l’un des vaccins.

L’on doit donc comprendre que l’on peut instaurer une vaccination obligatoire avec des produits qui ne bénéficient plus d’autorisation de mise sur le marché valable. Question sur laquelle Me Teissedre se penche depuis plusieurs semaines.

2 - Le droit du patient de donner son consentement libre et éclairé aux soins médicaux qui lui sont prodigués ne sauraient être invoqué à l’encontre de l’obligation vaccinale.

Il s’agit pourtant d’un droit fondamental, protégé par les conventions internationales sur les Droits de l’Homme.

3 - Selon le Conseil d’État, les 850 000 effets indésirables signalés en Europe à la base Eudravigilance (80 000 en France), dont 25 % sont graves, ne sont pas de nature à caractériser une mise en danger de la vie des requérantes.

Cependant, ces chiffres sont "stratosphériques" au regard du nombre d’effets secondaires déclarés pour tous les autres types de vaccins confondus.

En outre, eu égard du fait que la vaccination n'empêche pas la contamination, Me Protat souligne la rupture d'égalité créée par la fin du remboursement des tests pour les non vaccinés. Selon elle : "Si l'on voulait poursuivre un objectif d'intérêt général de non propagation de l'épidémie, avec sincérité, on soumettrait les vaccinés comme les non vaccinés, à des tests réguliers."

En somme, sans autre explication, le Conseil d’État fait fi de tout doute et du principe de précaution, qui est pourtant celui qui doit être appliqué au premier chef lorsqu’il s’agit de la santé humaine.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Me Protat contre le Conseil d'État

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-