Réveillon du Nouvel An: vigilance anti-pétards de mise en Alsace et en Moselle

Réveillon du Nouvel An: vigilance anti-pétards de mise en Alsace et en Moselle

Publié le 30/12/2016 à 20:42
©Petarde/Facebook
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Les préfectures d'Alsace et de Moselle ont pris des mesures de restriction de l'usage des pétards et d'interdiction de transporter des bidons d'essence qui pourraient servir à brûler des voitures. A l'origine bon enfant, la tradition des pétards et des feux d'artifice de la Saint-Sylvestre s'est déjà traduite en Alsace par plusieurs accidents dramatique.

Restriction de l'usage des pétards, interdiction de transporter des bidons d'essence qui pourraient servir à brûler des voitures: cette année comme les précédentes, les autorités de l’État en Alsace et en Moselle ont pris des mesures pour éviter que les festivités de la Saint-Sylvestre ne tournent au drame.

Au pont de l'Europe, qui marque la frontière entre Strasbourg et sa voisine allemande Kehl, la police et les douanes multipliaient vendredi les contrôles de voitures. Objectif: saisir les pétards achetés en Allemagne par des Alsaciens désireux de sacrifier à une tradition locale bien ancrée, celle de célébrer les douze coups de minuit à grand renfort de feux d'artifice. "Ce que l'on combat surtout, ce sont les gros pétards, type mortier, qui sont utilisés contre les forces de l'ordre", a expliqué lors d'un point-presse le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) du Bas-Rhin, Jean-François Illy. "La priorité, c'est que le 31 décembre se passe bien", a-t-il ajouté.

A l'origine bon enfant, la tradition des pétards et des feux d'artifice de la Saint-Sylvestre s'est déjà traduite en Alsace par plusieurs accidents dramatiques: deux morts il y a quatre ans, un mort l'année suivante, et chaque année des blessures graves, notamment aux yeux et aux mains. Le bilan a poussé les autorités à sévir.

Cette année, la réglementation a été quelque peu assouplie par la justice administrative, saisie par des fabricants d'engins pyrotechniques. Mais l'usage des pétards reste interdit dans les "grands rassemblements" de personnes. Leur vente reste également interdite aux enfants de moins de 12 ans. Et celle des engins pouvant "être détournés de leur usage initial", c'est-à-dire lancés en direction de quelqu'un pour le blesser, est réservée aux artificiers diplômés. Enfin, l'importation depuis l'Allemagne de tous les pétards, même les plus petits, est interdite.

L'an dernier, les services d'urgence de Strasbourg avaient constaté une nette baisse du nombre des victimes de pétards pendant la nuit de la Saint-Sylvestre, et y avaient vu le signe que les campagnes de prévention semblaient porter leurs fruits.

En matière de violences urbaines, les préfets du Bas-Rhin et du Haut-Rhin ont également voulu limiter le phénomène des voitures brûlées de la Saint-Sylvestre - qui depuis plusieurs années n'est cependant plus l'apanage de la seule Alsace - en interdisant cette année encore le transport de bidons d'essence pendant la nuit du Nouvel An. "Ce qu'on cherche à éviter, c'est le transport d'essence qui pourrait servir pour la mise à feu de mobilier urbain ou de véhicules. Le carburant est à usage unique des réservoirs des véhicules", a martelé le directeur de cabinet du préfet du Grand Est, Dominique Jane.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les préfectures d'Alsace et de Moselle ont pris des mesures de restriction de l'usage des pétards et d'interdiction de transporter des bidons d'essence qui pourraient servir à brûler des voitures.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-