Roselyne Bachelot et le "Noir" de Nicolas Sarkozy

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Roselyne Bachelot et le "Noir" de Nicolas Sarkozy

Publié le 29/04/2015 à 14:17 - Mise à jour à 19:13
©Philippe Wojazer/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): VL
-A +A

Dans son livre autobiographique, "La petite fille de la Ve", Roselyne Bachelot revient sur des années de carrière politique. Son anecdote sur Nicolas Sarkozy à la recherche d'"un Noir" pour son équipe a créé la polémique.

Le livre de Roselyne Bachelot, La petite fille de la Ve (ed. Flammarion) sort ce mercredi. L'ancienne ministre y revient notamment sur son parcours en politique et les coulisses du pouvoir. Mais ce sont surtout quelques anecdotes sur d'anciens président de la République qui ont retenu l'attention, notamment une concernant Nicolas Sarkozy.

En 2006, il n'est encore que ministre de l'Intérieur mais déjà ses ambitions présidentielles ne font aucun doute. C'est alors, selon le récit de Roselyne Bachelot, qu'il rencontre aux Etats-Unis un sénateur de l'Illinois, un certain Barack Obama. De retour en France, Nicolas Sarkozy déclare à ses troupes: "ce type est le prochain président des Etats-Unis".

Selon Roselyne Bachelot, l'assistance est alors sceptiques sur les chances d'un Noir-américain de ravir la Maison-Blanche. Ce à quoi Nicolas Sarkozy rétorque: "vous n'y connaissez rien, j'ai aussi discuté avec la secrétaire d'Etat, Condoleezza Rice, une femme formidable. Bon, vous vous mettez en chasse. Il me faut un Noir, ou mieux, une Noire". Des propos rapportés qui ont bien sûr créé la polémique. On pourrait même croire que Roselyne Bachelot règle des comptes, elle qui soutient la candidature de François Fillon pour 2017.

Mais cette dernière, interrogée par Europe-1, ne les juge pas choquants. Il s'agirait même de démontrer la perspicacité de Nicolas Sarkozy à percevoir un changement des mentalités: "il comprend que son équipe doit apparaître comme diverse, que la société française est une société diverse et qu'il faut des gens qui expriment la diversité de la société française. Ce n'est pas pour la photo".

Pas avare de confidences, Roselyne Bachelot raconte également l'affaire du sonotone de Jacques Chirac. Elle avait eu en 2003 la maladresse de déclarer sur RTL qu'il lui semblait que le président de la République en portait un.

"Entre démentis grotesques et demis-aveux, l'Élysée a atteint le sommet du ridicule. Je n'ai pas réalisé, sur l'instant, que je mettais à mal une stratégie savamment échafaudée par l'entourage du Président afin de rendre possible un troisième mandat", écrit-elle.

Si ces anecdotes ont largement mis en lumière la sortie du livre, elles ne devraient pas améliorer la relation de Roselyne Bachelot avec l'actuel patron de l'UMP. Ministre sous Jacques Chriac, elle ne le voit plus en raison de sa santé, ministre de Nicolas Sarkozy elle ne le voit plus "pour ses idées".

 

Auteur(s): VL

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Roselyne Bachelot raconte dans son livre comment Nicolas Sarkozy avait demandé à son équipe de lui trouver "un Noir ou mieux, une Noire".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-