Salariés VS entrepreneurs: "j'ai eu tort" reconnaît Macron

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Salariés VS entrepreneurs: "j'ai eu tort" reconnaît Macron

Publié le 28/01/2016 à 10:03 - Mise à jour à 10:07
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Une semaine après avoir estimé que "la vie d’un entrepreneur est souvent plus dure que celle d’un salarié", soulevant au passage une vague de critiques à gauche, Emmanuel Macron a regretté ce jeudi sa formulation. Pour le ministre de l'Economie, il a eu tort "d'opposer une catégorie à une autre".

Il semble regretter. Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a reconnu ce jeudi avoir "eu tort dans la formulation" lorsqu'il a déclaré, il y a huit jours, que "la vie d'un entrepreneur" était "souvent plus dure que celle d'un salarié". "J'ai eu tort dans la formulation que j'ai eue (...) d'opposer une catégorie à une autre. Ce n'est pas ma façon de faire et de gouverner", a expliqué le ministre, attendu cet après-midi dans les Bouches-du-Rhône, sur France Bleu Provence.

"La vie d'un entrepreneur, elle est souvent plus dure que celle d'un salarié. Il ne faut jamais l'oublier", avait déclaré Emmanuel Macron sur BFMTV et RMC. "J'ai juste voulu dire: +il faut arrêter de penser qu'il y a des patrons d'un côté et les salariés de l'autre+", a détaillé le ministre, qui était interpellé par une auditrice lui reprochant, avec cette phrase, de ne pas connaître la "vraie vie".

"Quand on dit +les patrons+, il y a ceux qui gèrent les entreprises, qui sont parfois des salariés, qui ne les ont pas créées (...), de l'autre côté, il y a les entrepreneurs, c'est de eux, dont je voulais parler, sans les opposer aux salariés, ça a été mon erreur", a ajouté Emmanuel Macron.

"Les entrepreneurs, ce sont des hommes et des femmes qui prennent des risques: vos commerçants, vos artisans, celles et ceux qui ont fait des start-up, parfois des sociétés familiales (...), il y en a 3 millions et demi dans notre pays. Eh bien eux, oui, ils travaillent au moins autant que les salariés. Mais ils prennent chaque matin un risque, c'est celui de tout perdre", a-t-il insisté.

Ses propos sur les entrepreneurs avaient suscité une avalanche de critiques, au PCF, au Parti de gauche mais aussi à la gauche du PS. Fustigé ce jeudi par la même auditrice sur son parcours au sein de "grandes écoles", il s'est également défendu d'être un privilégié.

"On ne naît pas dans une grande école. Je ne suis pas l'enfant de femmes et d'hommes qui ont fait des grandes écoles. Je ne suis pas fils d'Archevêque ou héritier. J'ai passé des concours républicains, ouverts à tout le monde. Je les ai eus parce que je me suis levé tôt le matin pour travailler", a-t-il lancé.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Ce n'est pas ma façon de faire et de gouverner", a déclaré Emmanuel Macron.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-