"Salope fascisante": Marine Le Pen perd son procès contre Nicolas Bedos

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

"Salope fascisante": Marine Le Pen perd son procès contre Nicolas Bedos

Publié le 18/03/2015 à 20:14 - Mise à jour le 19/03/2015 à 09:46
©Robert Pratta/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): Pierre Plottu

-A +A

Marine Le Pen a été débouté en appel de sa plainte pour injure déposée contre Nicolas Bedos et "Marianne". En janvier 2012, l'hebdomadaire avait publié une chronique où l'humoriste qualifiait la présidente du Front national de "salope fascisante".

La plainte portait sur le terme "salope", pas "fascisante". La cour d'appel de Paris vient de débouter Marine Le Pen qui poursuivait Marianne et l'humoriste Nicolas Bedos qui l'avait qualifié de "salope fascisante" dans un pamphlet publié par l'hebdomadaire en janvier 2012. La 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris avait déjà relaxé les deux accusés en première instance l'an dernier. Une décision dont la présidente du Front national avait immédiatement fait appel.

"La droite entend ainsi lutter contre la montée de l'extrême droite (…). Sauf que personne n'empêchera quelques idéalistes rigides de penser qu'à force de singer la salope fascisante, celle-ci est déjà au pouvoir: (…) on l'appelle Claude Guéant", dénonçait ainsi Nicolas Bedos dans les colonnes de Marianne, dans une chronique abordant les expulsions d'étrangers menées par les services de Claude Guéant, alors ministre de l'Intérieur.

Marine Le Pen avait alors porté plainte sur l'utilisation du terme "salope". "Le mot +salope+ est bien une injure, c'est une expression outrageante, objectivement", faisait notamment valoir son avocat Wallerand de Saint-Just, qui dénonçait "l'expression d'une opinion politique (or) dans le cadre de la polémique politique, on n'a pas le droit d'utiliser l'injure objective".

Insuffisant pour motiver un jugement de culpabilité, avait alors tranché le tribunal. Le juge estimait ainsi dans sa décision qu'il est "parfaitement clair pour tout lecteur que la chronique en cause se situe dans un registre aux accents délibérément provocateurs et outranciers, revendiqué comme tel". Une décision que vient donc de confirmer la cour d'appel.

 

Auteur(s): Pierre Plottu


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Selon l'avocat de Marine Le Pen, Nicolas Bedos a fait montre d'une "opinion politique" dans sa chronique.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-