Sarkozy à Calais: "les Français n'ont pas vocation à être les douaniers des Anglais"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Sarkozy à Calais: "les Français n'ont pas vocation à être les douaniers des Anglais"

Publié le 21/09/2016 à 15:53 - Mise à jour à 15:54
©Philippe Hugen/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

En visite dans le Calaisis ce mercredi, Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire LR, s'est montré certain de régler le problème des migrants s'il est élu. Il avait déjà formulé cette promesse il y a sept ans

Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire de droite, a affirmé ce mercredi 21 à l'occasion d'une visite à Calais que les Français "n'avaient pas vocation à être les douaniers des Anglais", en faisant allusion aux problèmes migratoires.

"Les accords du Touquet doivent être renégociés", a-t-il dit, alors que l'ancien chef de l'Etat avait lui-même signé ce texte instituant la frontière britannique sur le sol hexagonal, en 2003 lorsqu'il était ministre de l'Intérieur. Pour sortir de la crise migratoire, Nicolas Sarkozy a de nouveau prôné "le rétablissement des frontières", soulignant que l'espace Schengen "n'existait plus".

M. Sarkozy a visité les installations du port de Calais, où transitent de nombreux camions avant de monter dans des car-ferries pour Douvres. Au cours de sa visite, accompagné notamment de MM. Ciotti, Baroin, Darmanin, il a pu découvrir un camion dans lequel se trouvaient une dizaine de migrants, a constaté un journaliste de l'AFP.

Il a ensuite assisté à l'hôtel de ville de Calais à une réunion avec des représentants de plusieurs professions, notamment de l'hôtellerie, de la police ou des transporteurs routiers qui ont fait part de leur exaspération face à la crise migratoire. "Moi, je veux agir, je ne serai pas le président de l'inaction", a-t-il dit au cours de la réunion.

Vers midi, à la sortie de la mairie, l'ancien président, assailli par de nombreux journalistes, n'a fait aucune déclaration. Il doit poursuivre sa visite dans les Hauts-de-France avec une séance de dédicace de son ouvrage à Tourcoing, puis une visite du siège du groupe Holder à Marcq-en-Baroeul, avant une réunion publique dans la même ville.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire de droite, a affirmé ce mercredi 21 à l'occasion d'une visite à Calais que les Français "n'avaient pas vocation à être les douaniers des Anglais".

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-